Awex: "La Wallonie a un intérêt commercial à signer le Ceta"

12/10/16 à 10:44 - Mise à jour à 10:44

Source: Belga

"La Wallonie a un intérêt commercial à signer le Ceta", le traité de libre-échange entre l'UE et le Canada, déclare l'administratrice générale de l'agence wallonne à l'exportation et aux investissements étrangers (Awex), Pascale Delcomminette, mercredi dans les colonnes du journal L'Echo.

Awex: "La Wallonie a un intérêt commercial à signer le Ceta"

© Belga

Cette prise de position intervient alors que les parlements wallon, bruxellois et de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne semblent pas près d'autoriser leurs exécutifs respectifs à donner les pleins pouvoirs au gouvernement fédéral pour signer le 27 octobre prochain le traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta).

"Ce n'est pas mon rôle de dire si on doit voter ou non le Ceta. C'est celui des responsables politiques", déclare Pascale Delcomminette depuis le Japon, où elle participe à la visite d'Etat du roi Philippe, mais, poursuit-elle, "en tant que responsable de l'agence en charge des exportations wallonnes, j'ai analysé le Ceta sous l'angle commercial. La Wallonie a un intérêt commercial à signer le Ceta".

La responsable de l'Awex souligne l'importance du marché canadien pour la Wallonie. Le Canada est le 12e marché hors Union européenne et le 4e client de la Wallonie sur le continent américain. "Nous vendons essentiellement des produits pharmaceutiques et militaires. On peut faire beaucoup plus aujourd'hui. Nous devons aider nos entreprises wallonnes à exporter au Canada. Les opportunités sont là pour progresser et vendre plus au Canada. Il faut les saisir. Cela passe par une diversification sectorielle".

Pascale Delcomminette reconnaît toutefois que "pour certains secteurs, comme l'agriculture, par exemple, il y a lieu d'être prudent pour certaines normes".

Tout en affirmant "qu'un refus ne serait pas une catastrophe", étant donné les nombreux accords et partenariats déjà noués avec le Canada, la patronne de l'Awex estime encore que "la publicité faite autour de ce dossier (...) aura des effets négatifs".

Nos partenaires