AmCham Belgium demande plus de "compétitivité, simplicité et prévisibilité"

29/05/13 à 12:02 - Mise à jour à 12:02

Source: Trends-Tendances

La chambre de commerce américaine en Belgique (AmCham Belgium) a présenté mercredi, à l'instar des années précédentes, ses recommandations, au nombre de six, "pour une Belgique prospère". AmCham Belgium, dont les entreprises membres emploient plus de 130.000 personnes en Belgique, demande au gouvernement de prendre des mesures rapidement alors que les prochaines élections législatives et régionales de 2014 se profilent à l'horizon.

AmCham Belgium demande plus de "compétitivité, simplicité et prévisibilité"

© Michel Wiegandt

"Il est très important de trouver des manières de stimuler l'économie et de retrouver la croissance", souligne le président de l'AmCham Belgium, Scott Beardsley, pour qui les maîtres-mots du gouvernement doivent être "compétitivité, simplicité et prévisibilité".

Afin d'améliorer la compétitivité "menacée" de la Belgique, la chambre de commerce américaine propose une baisse (de quelque 35 à 29%) des cotisations sociales patronales ainsi qu'une réforme (et non une suppression pure et simple) de l'indexation automatique des salaires.
L'index tel qu'il est appliqué contribue à l'inflation et complique la tâche des entreprises qui souhaitent récompenser et rémunérer leurs employés sur base de leurs performances, juge AmCham Belgium. Si la chambre de commerce "reconnaît l'important objectif social de l'indexation automatique des salaires", elle estime que, dans sa forme actuelle, "elle bénéfice le plus à ceux qui en ont le moins besoin".

Concernant le marché de l'emploi, AmCham Belgium constate, malgré des "standard élevés d'éducation" en Belgique, une pénurie de profils scientifiques mais aussi d'ouvrier qualifiés. La formation doit davantage correspondre aux besoins des entreprises et les études scientifiques doivent être encouragées, est-il suggéré. En outre, AmCham Belgium plaide pour "un environnement fiscal prévisible" et un maintien de la déduction des intérêts notionnels qui permet de compenser le taux de 33,99% de l'impôt des sociétés, soit "le deuxième taux nominal le plus élevé d'Europe". La chambre de commerce américaine regrette les incessants débats et réformes sur les intérêts notionnels, ce qui crée de l'incertitude, selon elle.

Enfin, AmCham Belgium réclame une simplification administrative en matière de recherche et développement ainsi que des mesures face aux coûts élevés de l'énergie en Belgique. La chambre de commerce souligne notamment les conséquences positives aux Etats-Unis de l'exploitation du gaz de schiste alors que plusieurs pays européens se refusent à une telle démarche pour des raisons environnementales.

"Il faut aller de l'avant. Nous souhaitons que le gouvernement prenne des mesures sur le court terme. On ne pourra pas s'offrir 541 autres jours sans gouvernement", a conclu Marcel Claes, CEO d'AmCham Belgium.

Nos partenaires