Air France-KLM: AccorHotels renonce à son projet de prise de participation

26/07/18 à 10:23 - Mise à jour à 10:23

Source: Afp

Le géant hôtelier français AccorHotels a annoncé jeudi qu'il renonçait à son projet de prise de participation minoritaire dans la compagnie aérienne Air France-KLM, jugeant que les conditions n'étaient pas réunies.

Air France-KLM: AccorHotels renonce à son projet de prise de participation

© Reuters

Ce renoncement intervient au moment où Air France-KLM est en quête d'une nouvelle direction depuis le départ le 4 mai de son PDG Jean-Marc Janaillac après le rejet par le personnel d'un accord salarial.

La compagnie est actuellement dirigée par une présidente non exécutive, Anne-Marie Couderc, qui a pour principale tâche de recruter une nouvelle direction.

"Le 3 juin dernier, dans le cadre de sa stratégie visant à enrichir sa gamme de services dans l'univers du voyage, AccorHotels a indiqué mener des réflexions sur la mise en place d'une alliance avec Air France-KLM", a rappelé AccorHotels dans un communiqué à l'occasion de ses résultats semestriels.

"Les conditions ne sont pas réunies"

"Ces réflexions incluaient l'éventualité d'une prise de participation minoritaire au capital d'Air France-KLM, aux côtés de co-investisseurs français et européens", détaille-t-il.

"Cependant le groupe considère que les conditions nécessaires pour une prise de participation minoritaire dans Air France-KLM ne sont pas réunies à ce stade, et a par conséquent décidé de ne pas poursuivre l'étude de ce projet".

Le groupe "reste convaincu du fort potentiel de création de valeur d'une association renforcée entre hôteliers et partenaires aériens", affirme-t-il toutefois.

AccorHotels avait indiqué début juin, après la parution d'informations dans la presse, mener des "réflexions" sur un projet d'alliance avec Air France-KLM, précisant que celles-ci en étaient à un "stade préliminaire".

Une "prise de participation minoritaire" au capital du groupe de transport aérien par le géant hôtelier avait été évoquée, alors que l'Etat français détient 14% du capital.

Nos partenaires