AIP : satisfaire syndicats ET entreprises ? "C'est possible !"

10/02/11 à 17:16 - Mise à jour à 17:16

Source: Trends-Tendances

Le comité ministériel restreint discute encore du projet d'accord interprofessionnel que Joëlle Milquet, ministre de l'Emploi, assurait au CNE qu'un "accord équilibré", qui réponde à certaines demandes sociales exprimées par les syndicats tout en préservant la compétitivité des entreprises, est encore possible.

AIP : satisfaire syndicats ET entreprises ? "C'est possible !"

© Belga

Un "accord équilibré" au sein du gouvernement sur l'accord interprofessionnel, qui réponde à certaines demandes sociales exprimées par les syndicats tout en préservant la compétitivité des entreprises, est possible, a laissé entendre jeudi Joëlle Milquet, ministre de l'Emploi, à l'issue d'une rencontre avec des représentants de la CNE.

?

Quelque 200 militants du syndicat chrétien d'employés s'étaient rassemblés, en début d'après-midi, au cabinet de la ministre pour "maintenir la pression sur le gouvernement", désormais saisi du dossier de l'AIP, depuis le rejet du projet d'accord interprofessionnel par la FGTB et la CGSLB.

?

"On va essayer d'avoir un tout équilibré qui reprenne un maximum d'éléments positifs du projet d'AIP", a indiqué Joëlle Milquet, tout en ajoutant qu'il faudra "également veiller à la compétitivité des entreprises".

?

La vice-Première ministre a également dit espérer un accord "le plus vite possible", alors que le comité ministériel restreint se réunissait à nouveau jeudi en fin d'après-midi pour tenter de se mettre d'accord sur le sort qu'il convient de réserver au projet d'AIP.

?

De son côté, Felipe Van Keirsbilck, secrétaire général de la CNE, a rappelé le rejet de la CNE d'une norme salariale trop restrictive : "Nous défendons la possibilité de négocier collectivement les salaires", a-t-il rappelé, fustigeant le comportement de Thomas Leysen, auquel il est reproché d'avoir négocié, comme président de la Fédération des entreprises de Belgique, une marge salariale de 0,3 % en 2012 alors que la société qu'il préside, Umicore, a annoncé jeudi des bénéfices en très forte progression.

?

Le CNE a également appelé de ses voeux une harmonisation par le haut des statuts ainsi que son refus de voir l'indexation automatique des salaires remise en cause. "Ni Merkel, ni Sarkozy, ni le gouvernement ne peuvent toucher à l'index !", a averti Felipe Van Keirsbilck.

?

AIP : la discussion est étroitement liée aux travaux budgétaires

?

La discussion relative au sort que le gouvernement compte réserver au projet d'accord interprofesionnel rejeté par deux syndicats est étroitement liée aux travaux budgétaires, même si le Premier ministre Yves Leterme avait souligné à plusieurs reprises que le gouvernement ne disposait pas de moyens pour financer l'AIP.

?

Le Premier ministre a déposé, conjointement avec Joëlle Milquet, ministre de l'Emploi, une proposition de médiation.

?

Il est évident que des mesures venant en "soutien de l'économie" et du "pouvoir d'achat des travailleurs et des familles" auraient un "impact budgétaire", a souligné la vice-Première ministre Laurette Onkelinx (PS), soucieuse de voir le gouvernement amender la copie rejetée par la FGTB. Il s'agira dès lors de voir comment "compenser" ces mesures, a-t-elle précisé à son arrivée au 16, rue de la Loi, où redémarrait jeudi, peu avant 17 h, une nouvelle réunion du comité restreint.

?

Le "cadre budgétaire est très difficile", a fait observer le vice-Premier ministre Didier Reynders, appelant à "rester au plus près de l'accord" intervenu avant qu'il ne soit rejeté par deux syndicats. Il faut une "application la plus fidèle possible", a-t-il insisté, rappelant qu'une enveloppe était d'ores et déjà prévue pour la liaison au bien-être des allocations sociales.

?

Certaines dispositions du projet d'accord avorté peuvent être "améliorées", a-t-il toutefois précisé, évoquant les pensions les plus basses, les allocations maladie-invalidité voire les bas salaires.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires