AIP : "Nous ne serons pas les victimes du refus de certains !"

07/02/11 à 10:00 - Mise à jour à 10:00

Source: Trends-Tendances

La FGTB et la CGSLB ont rejeté le projet d'accord interprofessionnel. Les représentants du patronat au sein du Groupe des dix ont dès lors appelé le gouvernement à appliquer l'AIP dans son intégralité.

AIP : "Nous ne serons pas les victimes du refus de certains !"

© Belga

Les employeurs du Groupe des dix demandent que le gouvernement applique intégralement l'accord interprofessionnel (AIP), ont-ils fait savoir vendredi dans un communiqué commun diffusé après les décisions des syndicats libéral et socialiste de rejeter l'accord. La FGTB et, plus surprenant, la CGSLB sont les deux seuls partenaires sociaux à avoir rejeté le projet d'AIP qui avait été présenté le 18 janvier au gouvernement.

"Les employeurs constatent que la majorité des membres du Groupe des dix a approuvé l'accord et demandent par conséquent au gouvernement son application intégrale, donc rien de plus et rien de moins", indiquent-ils dans leur communiqué.

La FEB, l'Unizo (l'union flamande des indépendants), l'Union des classes moyennes et l'Agrofront (Boerenbond, ABS et FWA) ont fait part de leur déception en apprenant le rejet des deux syndicats. Ils rappellent qu'ils ont tour à tour accepté le "projet équilibré d'AIP et ont dès lors pris leurs responsabilités dans des circonstances difficiles". Ils n'acceptent pas d'être "la victime du refus de certains".

Enfin, l'ensemble des employeurs se disent prêts "à collaborer pleinement à cette application".

AIP : la FEB espère que le gouvernement reprenne l'accord et y donne suite

Du côté de la seule FEB, Rudi Thomaes, son administrateur délégué, a lui-même prévenu vendredi après-midi : "Beaucoup de travail a été fourni pour parvenir à cet accord et ce serait très décevant en cette période d'instabilité politique que le social soit également ébranlé dans notre pays." S'il reconnaît que, pour plusieurs parties autour de la table, certains aspects de l'accord n'étaient pas satisfaisants, il ajoute que, dans l'ensemble, les points forts répondaient aux attentes des uns et des autres.

"Nous espérons maintenant que le gouvernement reprenne l'AIP et donne suite à cet accord afin d'éviter de désavouer les partenaires principaux qui ont travaillé longuement sur le dossier", conclut Rudy Thomaes.

AIP : la balle est dans le camp du gouvernement, pour la CSC

La balle est désormais dans le camp du gouvernement, selon Luc Cortebeeck, président de la CSC, seul syndicat à avoir approuvé le projet d'AIP. S'il respecte la décision de la FGTB et de la CGSLB, le gouvernement doit prendre les choses en main. Luc Cortebeeck plaide pour que le gouvernement écoute chacun des partenaires sociaux sur ce qui doit advenir : "Nous ne voulons pas perdre les points en faveur des travailleurs !"

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires