Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

07/10/14 à 12:09 - Mise à jour à 13:50

A quoi peut-on voir si une politique économique est bonne ou pas?

On dit qu'on peut voir si une politique économique est bonne ou mauvaise au taux de croissance, et donc également au taux de chômage.

A quoi peut-on voir si une politique économique est bonne ou pas?

© Reuters

Sur la base de ce double principe, la zone euro ne brille pas vraiment : la croissance se laisse toujours désirer et le taux de chômage reste trop élevé. Donc, sur la base de ces deux critères (croissance et chômage), on devrait en conclure que la politique économique de la zone euro mérite un zéro pointé.

En bonne logique, lorsque les faits ne correspondent pas à la théorie, il faut changer la théorie. Mais en zone euro, c'est le contraire qui se passe, on préfère garder la théorie de l'austérité et ignorer les faits qui dérangent... C'est ce que pense Joseph Stiglietz, le prix Nobel d'économie américain, via une tribune ; il estime que notre politique d'austérité a échoué !

Pour lui, c'est l'évidence même si l'on considère que 7 ans après le déclenchement de la crise, plusieurs pays de la zone euro, et non des moindres, sont en récession ou au bord de la récession. On a envie de dire "tout cela pour ça"... Malgré toutes les mesures prises, la plupart des pays ont un PIB réel par habitant toujours inférieur à son niveau d'avant crise, ce qui est une preuve supplémentaire que la politique d'austérité n'a pas donné les fruits escomptés. Même l'Allemagne, considérée comme la première de la classe, a une croissance qui en temps normal serait considérée comme pathétique !

Partager

Joseph Stiglietz, le prix Nobel d'économie américain, estime que notre politique d'austérité a échoué

Pour Joseph Stiglietz, l'erreur aujourd'hui des dirigeants de la zone euro, c'est de conclure que l'austérité a marché, parce que le taux de chômage a très légèrement reflué ou encore parce qu'il y a un frémissement de reprise ici ou là. Pour lui, c'est clair, les dirigeants européens qui tiennent ce discours sont exactement comme ces docteurs du Moyen-Age qui affirmaient que la saignée était un bon remède parce que le malade n'était pas encore mort !

En conclusion, l'avertissement de ce prix Nobel d'économie est clair : l'Europe est en train de jouer son avenir sur la base d'une théorie, celle de l'austérité, qui est discréditée et dont les faits prouvent son inefficacité.

En savoir plus sur:

Nos partenaires