A Davos, abondance de neige et d'optimisme pour l'élite mondiale

23/01/18 à 07:44 - Mise à jour à 13:00

Source: Afp

C'est dans une abondance de neige et d'optimisme que se rassemble à partir de mardi à Davos l'élite mondiale, grande gagnante d'une reprise économique qui laisse une bonne partie de la planète à l'écart.

A Davos, abondance de neige et d'optimisme pour l'élite mondiale

© Reuters

A lire aussi: "Davos", c'est quoi ? Mode d'emploi du Forum économique mondial

Lundi soir, la principale préoccupation des organisateurs du Forum économique mondial n'avait rien à voir avec les risques géopolitiques, financiers, environnementaux au menu des débats de la semaine.

Il s'agissait surtout de savoir si la neige tombée en abondance sur la chic station de ski suisse - 159 centimètres en six jours - n'allait pas perturber le ballet des hélicoptères et limousines des quelque 70 leaders politiques, des centaines de grands patrons et des quelques stars attendus jusqu'à vendredi.

Le Premier ministre indien Narendra Modi - qui sera accompagné de deux maîtres de yoga - puis son homologue canadien Justin Trudeau lanceront mardi ce rendez-vous assorti d'un slogan plein de bonnes intentions: "Construire un avenir commun dans un monde fracturé."

Leur succèderont entre autres le président français Emmanuel Macron, qui a reçu lundi à Versailles un bon nombre de PDG en route pour Davos, et la chancelière allemande Angela Merkel, dont c'est le grand retour international depuis les élections de septembre.

- En attendant Trump -

Mais tout Davos attendra Donald Trump: l'imprévisible président américain entend bousculer les chantres du libre échange de Davos en vantant sa politique "L'Amérique d'abord".

La Maison Blanche a confirmé lundi sa venue, qui avait semblé compromise par la crise budgétaire aux Etats-Unis, désormais résolue.

Son discours vendredi sera le point d'orgue annoncé d'une semaine de séances de méditation, de discours, de rencontres confidentielles et de tables rondes sur "l'innovation disruptive" ou "les infrastructures résilientes".

Le tout sur fond d'optimisme généralisé pour la croissance mondiale: le Fonds monétaire international (FMI) a encore relevé lundi sa prévision de croissance pour 2018 et 2019, en comptant sur des retombées positives de la vaste réforme fiscale engagée aux Etats-Unis.

Selon une enquête du cabinet PwC, réalisée auprès de 1.300 dirigeants d'entreprises dans le monde, 57% d'entre eux pensent que la croissance mondiale va s'affermir dans les 12 prochains mois, un record depuis 2012.

"Nous avons constaté une reprise large de l'économie mondiale et le discours sur une ère de stagnation semble s'être dissipé", indique à l'AFP Nariman Behravesh, chef économiste de la société IHS Markit, pour qui l'embellie va se poursuivre au moins un an, voire deux.

- Message du Pape -

Et c'est l'élite rassemblée à Davos qui capte l'essentiel de cette croissance retrouvée, selon l'ONG Oxfam.

Elle a tenu à rappeler lundi que 82% de la richesse créée l'an dernier dans le monde a terminé entre les mains de 1% de la population de la planète.

"On exploite les personnes qui fabriquent nos vêtements, qui assemblent nos téléphones portables et cultivent les aliments que nous mangeons, afin de garantir un approvisionnement constant en produits pas chers, mais aussi pour grossir les profits des entreprises et leurs riches investisseurs", s'est insurgée la directrice d'Oxfam Winnie Byanyima à l'adresse des participants.

Parmi eux, il y a par exemple Jamie Dimon. Le PDG de la banque américaine JPMorgan Chase va toucher 29,5 millions de dollars pour l'année 2017, retrouvant sa rémunération d'avant le cataclysme financier de 2008.

"Nous ne pouvons continuer à aller de l'avant en faisant comme si la pauvreté et l'injustice croissantes n'avaient pas une cause", a déclaré pour sa part le pape François dans un message lu lundi à Davos.

Dans un autre registre, le chef économiste du FMI Maurice Obstfeld est aussi venu jouer les rabat-joie, près de dix ans après la faillite de Lehman Brothers.

"La prochaine récession pourrait venir plus vite que nous le pensons, et les munitions pour la combattre sont bien plus limitées, surtout parce que les dettes publiques sont bien plus élevées" qu'il y a dix ans, a-t-il dit lundi à Davos.

Davos, mode d'emploi

"Davos", c'est quoi au juste? Qui est invité? Pour faire quoi? Petite revue du Forum économique mondial, rendez-vous annuel de l'élite internationale, qui s'ouvre mardi.

- 'DAVOS' C'EST QUOI ? -

C'est devenu un raccourci pour désigner le Forum économique mondial (World Economic Forum ou WEF en anglais), qui se tient chaque année fin janvier dans cette station de ski huppée, nichée dans les Alpes suisses.

Conçu en 1971 par le professeur d'économie allemand Klaus Schwab comme un lieu d'échanges entre hommes d'affaires européens et américains, ce 48e forum s'est mué en grand rendez-vous de l'élite mondiale.

Chaque année, quelque 3.000 participants - grands patrons, responsables politiques, intellectuels, militants de l'environnement ou des droits de l'Homme, artistes - y débattent, parfois interpellés par des contestataires.

Une manifestation hostile à la venue du président américain Donald Trump est annoncée mardi à Zurich. A Davos, un rassemblement jeudi a été proscrit par les autorités en raison d'un trop fort enneigement.

Les mesures de sécurité sont draconiennes. Quelque 4.000 soldats et policiers suisses sont mobilisés pour surveiller les alentours du Centre des congrès et les différents hôtels de la ville.

- LES INVITES -

Parmi les quelque 70 chefs d'Etat et de gouvernement présents à l'édition 2018, le Premier ministre indien Narendra Modi ouvrira le bal mardi.

Des dirigeants européens de premier plan seront au rendez-vous: le président français Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel, la Première ministre britannique Theresa May et le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni.

L'Afrique sera représentée notamment par le successeur de Robert Mugabe au Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, ou le nouveau président du Congrès national africain (ANC), le vice-président sud-africain Cyril Ramaphosa. Côté Amérique Latine, les présidents brésilien Michel Temer et argentin Mauricio Macri font le déplacement.

Des intellectuels, tel l'écrivain israélien Yuval Noah Harari, auteur du célèbre "Sapiens", ou le psychologue canadien Steven Pinker, apporteront leur contribution aux débats, de même que la lauréate pakistanaise du prix Nobel de la paix Malala Yousafzai. La star britannique Elton John, la comédienne australienne Cate Blanchett ou l'acteur bollywoodien Shah Rukh Khan ajouteront une touche "people".

Enfin, la participation vendredi de Donald Trump, la première d'un président américain depuis celle de Bill Clinton en 2000, promet de faire sensation.

- MEDITATION ET COCKTAILS -

Des séances de méditation du petit matin aux cocktails de fin de soirée, en passant par les séminaires et projections, les journées s'annoncent bien remplies. Friands des thèmes consensuels, les participants planchent cette année sur "Construire un avenir commun dans un monde fracturé".

Certains se pencheront ainsi sur la "Quatrième révolution industrielle" et l'avenir du travail face à l'intelligence artificielle et l'automatisation. D'autres débattront des enjeux géostratégiques à l'heure du Brexit, des risques financiers, de la sécurité alimentaire ou de la mobilisation face aux épidémies.

Sensibles au vent de protestation mondial porté par le mouvement #MeeToo, les organisateurs ont prévu plusieurs séminaires sur l'égalité homme-femme dans ce forum ou seul un cinquième des participants sont des participantes.

Egalement au programme, la lutte contre le réchauffement climatique avec une projection d'un nouveau documentaire de l'Américain Al Gore "An Inconvenient Sequel: Truth to Power".

- NEIGE ET GROS SOUS -

Même s'ils n'auront guère le loisir de rejoindre les pistes de ski voisines, les participants au forum ne manqueront pas de neige. De gros flocons tombaient dès lundi sur Davos, perturbant la circulation automobile et menaçant de gêner les hélicoptères si prisés des VIPs.

Ceux qui sont parvenus à rejoindre la station sont installés dans des hôtels luxueux, qui pratiquent pendant cette semaine des prix astronomiques. De nombreuses boutiques et même une église profitent de cette manne en louant leurs locaux aux entreprises en quête de publicité.

Nos partenaires