62% des Lettons contre l'adhésion à l'euro le 1er janvier 2014

13/05/13 à 15:35 - Mise à jour à 15:35

Source: Trends-Tendances

A moins de sept mois de l'adhésion attendue de la Lettonie à la zone euro au 1er janvier 2014, la plupart des habitants de ce pays balte restent opposés à la monnaie commune, selon un sondage publié lundi.

62% des Lettons contre l'adhésion à l'euro le 1er janvier 2014

Sur la deuxième marche du podium, la Lettonie a vu ses prix immobiliers croître de 16,9% en un an. Alors que pendant la crise financière, les prix avaient chuté de 70%, le marché a rebondi très haut, à la faveur d'une nouvelle disposition légale en vigueur depuis 2010. Cette loi permet à toute personne qui investit dans un bien immobilier pour un minimum de 70 000 euros de devenir résident de l'Union européenne. © Thinkstock

Environ 62% des Lettons sont contre l'adhésion, dont 24% "fermement", alors que seules 36% la soutiennent, selon ce sondage réalisé du 2 au 23 avril auprès d'un échantillon de 1.016 personnes.

Membre de l'UE depuis 2004, Riga a déjà demandé formellement début mars à la Commission européenne et à la Banque centrale européenne (BCE) le feu vert à son entrée dans l'eurozone au 1er janvier 2014. Les deux institutions doivent rendre leur verdict en juillet. La Lettonie deviendrait ainsi le 18e membre de l'eurozone et le deuxième pays de l'ex-URSS à adopter l'euro, après son voisin l'Estonie qui y a adhéré en janvier 2011. La Lituanie voisine espère y entrer en 2015.

Le gouvernement de Riga estime que, malgré la crise de la zone euro, un petit pays comme la Lettonie avec ses 2 millions d'habitants a tout intérêt à rejoindre le bloc dans lequel se trouvent déjà ses principaux partenaires commerciaux.

L'équipe de centre droit au pouvoir rejette également l'idée d'un référendum sur l'adhésion, réclamé par l'opposition de gauche. La monnaie nationale, le lats aujourd'hui arrimé à l'euro, a été réintroduit en Lettonie après que ce pays balte eut recouvré en 1991 son indépendance vis à vis de Moscou, après 50 ans de domination soviétique.

En savoir plus sur:

Nos partenaires