Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

03/01/18 à 10:12 - Mise à jour à 04/01/18 à 16:04

6000 euros défiscalisés par an pour légaliser le petit travail au noir ?

Avoir une bonne idée, c'est bien, la faire appliquer, c'est encore mieux. C'est ce qu'à découvert ou redécouvert le gouvernement actuel ou pour être précis l'Open VLD, le parti libéral flamand qui fait partie de la coalition au gouvernement fédéral.

6000 euros défiscalisés par an pour légaliser le petit travail au noir ?

Changer de vie. © Getty Images/iStockphoto

C'est clairement l'Open VLD qui a voulu imposer l'idée, apparemment sympathique, que les ménages belges pouvaient faire appel à des indépendants complémentaires ou à des pensionnés pour effectuer des petits travaux. L'idée était que les personnes qui effectuaient ces petites tâches de la vie quotidienne seraient exemptées d'impôts sur les 6000 premiers euros par an. La somme ne semblait pas excessive et l'idée, lorsqu'elle a été lancée fin 2017, avait d'ailleurs séduit pas mal de Belges. Mes confrères du journal L'Echo rappellent que nous connaissons tous des tas de situations qui s'appliquent à ces fameux 6000 euros défiscalisés : une chorale qui se cherche un chef ou un voisin pensionné électricien qui vient vous réparer votre appareil électroménager... Bref, les situations sont très nombreuses pour lesquelles ce coup de pouce fiscal était plus que le bienvenu. Mais cette idée n'a pas passé la fin de l'année 2017, elle a été littéralement torpillée par l'opposition, les syndicats et même le monde patronal.

C'est d'ailleurs ce trio qui a fait que cette idée a été reportée à 2018, sans doute pour mourir de sa belle mort ou pour être modifiée dans un sens sans doute moins intéressant pour les personnes concernées. Question : pourquoi une idée a priori positive pour tout le monde a-t-elle recueilli une telle unanimité contre elle ? Du côté des syndicats et le monde patronal, c'est simple : c'est une fausse bonne idée, selon eux, car ces 6000 euros par an exemptés d'impôts sont considérés comme une forme de concurrence déloyale. La FGTB pose la question : qui voudra encore faire appel à un entrepreneur en jardinage alors qu'il peut se tourner pour 200 euros vers un voisin pensionné ? Ou qui empêchera un plombier salarié de passer à un statut en 4/5 ème pour arrondir ses fins de mois grâce à cette mesure prévue par le gouvernement fédéral ?

Mais l'Open VLD ne comprend pas qu'on ait bloqué cette mesure. Le raisonnement du parti libéral flamand est simple : les opposants à sa mesure réfléchissent comme s'il n'y avait pas de travail au noir - ce qui est le contraire de la réalité. Et puis, tout le monde connaît plein d'exemples, ou un indépendant ne veut pas se déplacer pour une petite réparation, car ce n'est pas rentable pour lui. Sans vouloir le dire, la mesure des 6000 euros défiscalisés par an visait en quelque sorte à légaliser le petit travail au noir. Alors, si pour les uns, c'est le bon sens même, pour les autres, en revanche, ce n'est pas au gouvernement de doter le travail au noir d'un statut légal. En résumé, si la mesure ne passe pas la rampe politique cette année, vous comprendrez au moins pourquoi.

Nos partenaires