Plusieurs violations des droits syndicaux constatées en Belgique

12/06/13 à 02:32 - Mise à jour à 02:32

Source: Trends-Tendances

(Belga) Plusieurs violations des droits syndicaux ont été enregistrées en Belgique au cours des derniers mois, ressort-il du rapport publié mercredi par la Confédération syndicale internationale (CSI) sur le sujet. L'absence de consultation des organisations de travailleurs avant de réformer le chômage et les retraites, des restrictions touchant les piquets de grève ou encore l'ingérence des autorités lors d'arrêts de travail ont notamment été pointées.

Plusieurs violations des droits syndicaux constatées en Belgique

"Le gouvernement a apporté d'importantes modifications au régime de retraite et au chômage sans consulter les syndicats. Ce n'est qu'après une grève générale qu'il a accepté d'organiser des consultations", souligne notamment la CSI qui regrette en outre "le refus de négocier de bonne foi" de la part des organisations d'employeurs et les délais "peu raisonnables" fixés pour les négociations sur le temps de travail et les heures supplémentaires. Des restrictions liées aux piquets de grève ont également été constatées, le Comité européen des droits sociaux ayant pour sa part estimé que l'interprétation restrictive que les tribunaux civils belges ont faite du droit de grève limitait ce droit et était contradictoire à la Charte sociale européenne. Par ailleurs, en janvier dernier, les forces de l'ordre ont fait usage de canons à eau pour disperser des travailleurs qui faisaient grève à la suite de l'annonce de renvois massifs chez ArcelorMittal où certaines réunions syndicales sont "espionnées" à l'aide de stylos-caméras depuis 2008. Enfin, dénonce encore la CSI, "les autorités publiques interprètent largement les sanctions administratives communales et s'en servent pour limiter les activités syndicales". Le 8 octobre 2012, à Anvers, 20 syndicalistes ont ainsi été obligés de cesser de distribuer des tracts devant un supermarché Delhaize à la suite de menaces de sanctions administratives. Il n'en reste pas moins que ces violations restent mineures par rapport à celles constatées dans des pays tels que la Birmanie, la Géorgie, le Zimbabwe ou encore la Colombie où 18 syndicalistes ont été assassinés depuis 2012. Au total, des représentants des organisations syndicales ont été victimes de violence dans 24 pays sur les 87 qu'étudie le rapport de la Confédération syndicale internationale. Cette dernière représente 175 millions d'adhérents, dont 40 pc de femmes, au sein de 315 organisations affiliées dans 156 pays et territoires sur les cinq continents. (Belga)

Nos partenaires