Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

27/06/11 à 11:49 - Mise à jour à 11:49

Pétrole : pourquoi cette guerre entre pays de l'Opep ?

Nous sommes en pleine bataille du pétrole entre, d'un côté, l'Iran qui est en faveur d'un prix du pétrole le plus élevé possible, et, de l'autre, l'Arabie Saoudite qui, elle, se contenterait bien d'un baril à 90 dollars.

Nous sommes en pleine bataille du pétrole entre, d'un côté, l'Iran qui est en faveur d'un prix du pétrole le plus élevé possible, et, de l'autre, l'Arabie Saoudite qui, elle, se contenterait bien d'un baril à 90 dollars.

Vu de la planète Mars, la bataille a l'air bizarre car les experts, notamment l'Agence internationale de l'énergie, rappelle qu'en période de crise, un baril de pétrole trop élevé risque de casser les économies occidentales. En bonne logique, cela serait également mauvais pour les pays exportateurs de pétrole... Dès lors, pourquoi cette bataille entre membres de l'Opep ?

Si l'Iran a réussi à mettre de son côté plusieurs pays, dont l'Algérie et le Venezuela, c'est parce qu'ils ont un besoin urgent d'argent frais supplémentaire. L'Algérie, par exemple, doit calmer les protestations de sa population : un pétrole cher lui permet d'acheter la paix sociale, ce que ne pouvait faire son voisin tunisien qui, lui, ne dispose pas de la rente pétrolière ou gazière.

C'est pourquoi l'Iran a obtenu le soutien de l'Algérie et d'autres membres de l'Opep pour ne pas augmenter les quotas de production. Autrement dit, pour ne pas augmenter l'offre de pétrole, ce qui aurait eu pour effet de faire baisser les prix.

L'Arabie Saoudite joue, de son côté, un rôle plus apaisant et se contente d'avoir un baril autour des 90 dollars. Elle sait qu'un pétrole trop cher risque de casser la fragile reprise mondiale : elle n'a donc pas écouté les Iraniens et a augmenté son quota de production.

Attention, cependant : l'Arabie Saoudite a également des problèmes internes et a besoin d'un pétrole qui ne soit pas trop bas non plus, car elle doit elle aussi acheter la paix sociale. En outre, les dirigeants saoudiens ne font plus confiance aux Américains. Ils ont vu que ceux-ci pouvaient laisser tomber leurs alliés, tels que l'ex-président Moubarak en Egypte.

L'accord secret qui existait depuis 50 ans entre les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite, et qui consistait à assurer la protection de l'Arabie Saoudite en contrepartie d'un pétrole bon marché, a volé en éclats avec le "printemps arabe". La Maison-Blanche aura désormais moins d'influence sur l'évolution du prix du pétrole.

Nos partenaires