Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

07/03/14 à 10:25 - Mise à jour à 10:25

Peter Oppenheimer, l'homme qui valait des milliards

J'ai un job en or à vous offrir, ne rigolez pas, c'est celui de directeur financier chez Apple. Mais attention, vous devez être très bon en fiscalité...

La Bourse adore visiblement les valeurs technologiques en ce moment ! La capitalisation de Google a flambé ces derniers jours et a dépassé, à nouveau, les 410 milliards, quant au réseau social mondial Facebook, il est à un nouveau record et frôle la barre des 200 milliards de capitalisation. Bien entendu, quand on entend des chiffres pareils, on se dit, ça y est, c'est reparti comme au début des années 2000 et nous voilà repartis pour une nouvelle bulle.

La réponse va être un peu normande, c'est oui et non. Non, parce que 2014 n'est pas l'année 2000: beaucoup de ces sociétés qui flambent aujourd'hui en Bourse gagnent de l'argent et ont, comme Apple, des milliards de dollars en liquidité ! Oui, car cette flambée soudaine des actions technologiques peut également faire peur: le nombre de sociétés qui valent plus de 10 fois leur chiffre d'affaires est au plus haut. Donc, certains agitent le spectre d'une nouvelle bulle prête à exploser.

La morale de l'histoire qui n'en a pas En attendant, j'ai un job en or à vous offrir, ne rigolez pas, c'est celui de directeur financier d'Apple. En effet, la presse anglo-saxonne nous apprend que Peter Oppenheimer, directeur financier de la marque à la pomme depuis 18 ans, prend sa retraite à l'âge de 51 ans. C'est tôt ? Certes, mais il ne sera pas à la rue ! Faisons le compte: il a encaissé 2,6 millions de dollars en 2013, il a reçu 66 millions de dollars en actions en 2012, 28,4 millions en 2010 et 19,2 millions en 2008. Ce n'est pas triste. À côté de cela, l'ancien patron de Belgacom avec ses 2,6 millions d'euros fait figure de smicard ! Donc, oui, la bonne nouvelle c'est qu'Apple cherche un remplaçant. Si vous êtes intéressé, n'hésitez pas à écrire au patron !

Mais attention, vous devez être très bon en fiscalité, car Apple est connu pour gagner des milliards et ne payer que des cacahuètes au fisc. En Australie, ils viennent de le découvrir encore cette semaine. Selon un journal économique local, Apple a réussi à soustraire quelque 5,85 milliards d'euros de bénéfices avant impôts réalisés en Australie pour les mettre dans une structure en Irlande, où les taxes représentaient seulement 0,7% du chiffre d'affaires.

Voilà pourquoi ce directeur financier d'Apple est payé en dizaines de millions de dollars. C'est normal, il en fait économiser des milliards. Et morale de l'histoire qui n'en a pas, ce sont les contribuables du monde entier qui paient le salaire mirobolant du directeur financier d'Apple. Mais que cela ne vous donne tout de même pas l'envie de casser votre iPhone ou votre iPad.

Nos partenaires