Yahoo limoge sa directrice générale, Carol Bartz

07/09/11 à 09:42 - Mise à jour à 09:42

Source: Trends-Tendances

Le groupe internet est à la recherche d'un nouveau patron pour enfin relancer sa croissance. En attendant c'est Timothy Morse, le directeur financier, qui prend provisoirement la tête de la société.

Yahoo limoge sa directrice générale, Carol Bartz

© Reuters

Yahoo se cherche un nouveau patron et un avenir. Le groupe internet a annoncé mardi le départ de sa directrice générale, Carol Bartz. Celle-ci se voit remerciée moins de trois ans après avoir été choisie pour relancer une société en perte de vitesse. Yahoo! est désormais en quête d'un nouveau patron, pour retrouver le chemin de la croissance.

Dans l'immédiat, Timothy Morse, directeur financier depuis juillet 2009, prend provisoirement les rênes du portail internet.

"Le conseil d'administration a nommé Timothy Morse directeur général par intérim, avec effet immédiat, en remplacement de Carol Bartz, qui a été remerciée de ses fonctions par le conseil", a annoncé Yahoo! dans un communiqué, confirmant des informations publiées peu avant par le blog du Wall Street Journal spécialisé dans les technologies, All Things Digital.

Timothy Morse, 42 ans, sera épaulé dans sa tâche par un conseil de direction chargé par ailleurs mener une étude de la stratégie du groupe "afin de positionner la société pour enregistrer de la croissance à l'avenir", a ajouté la société de Sunnyvale (Californie).

Les confondateurs de Yahoo! en 1995, David Filo et Jerry Yang, apporteront leurs conseils au directeur général par intérim et au conseil de direction.

"Le conseil d'administration entame la recherche d'un directeur général permanent et prévoit de recourir aux services d'une firme de chasseurs de têtes reconnue à l'échelle nationale pour identifier les candidats pour le poste aussi rapidement que possible", est-il précisé.

"Je tiens à remercier Carol pour ses services rendus à Yahoo! lors d'une période critique de transition dans l'histoire de la société, et dans un contexte macro-économique très difficile", a déclaré le président du conseil d'administration Roy Bostock, cité dans le communiqué.

La situation dans laquelle se trouve Yahoo! après le débarquement de Mme Bartz ressemble à s'y méprendre à celle de la société il y a trois ans. En novembre 2008, le portail avait annoncé l'éviction de Jerry Yang, rappelé un an et demi plus tôt à sa tête pour relancer le groupe.

Il avait fallu alors attendre janvier 2009 pour que Carol Bartz, qui avait auparavant dirigé avec succès l'éditeur de logiciels Autodesk pendant 14 ans, soit nommée.

Mais comme Jerry Yang à l'époque, Carol Bartz était très critiquée par certains actionnaires. Elle avait été réélue haut la main en juin au sein du conseil d'administration du groupe lors de l'assemblée générale. Mais elle avait recueilli environ 80% des suffrages, soit sensiblement moins que les 90% obtenus par les autres administrateurs.

Sous la houlette de Mme Bartz, le moteur de recherche a tenté de se tranformer en portail incontournable pour les internautes à la recherche d'informations de tous types, sous-traitant même la recherche sur internet au géant du logiciel Microsoft.

Si les bénéfices ont fortement augmenté, sous l'effet de la réduction des coûts qu'elle a engagée, avec d'importants licenciements, la société peine à faire progresser le chiffre d'affaires et les parts de marché publicitaires souffrent.

Selon le cabinet eMarketer, Yahoo! jusque là numéro un des bannières publicitaires aux Etats-Unis, devrait voir sa part de marché reculer à 13,1% en 2011, ce qui le ferait passer derrière Facebook.

"Le conseil d'administration voit des opportunités énormes de croissance sur lesquelles Yahoo! peut capitaliser", a jugé le président Roy Bostock.

"Nous disposons d'équipes talentueuses et de ressources considérables derrière elles et nous comptons remettre le groupe solidement sur la voie de la croissance et de l'innovation", a-t-il ajouté.

L'action du groupe internet bondissait de 6,27% à 13,72 dollars vers 00H00 GMT dans les échanges électroniques après la fermeture de la Bourse de New York.

Trends.be avec L'Expansion.com

En savoir plus sur:

Nos partenaires