Le service anti-fraude européen dirigé par un Belge ?

28/04/10 à 11:10 - Mise à jour à 11:10

Source: Trends-Tendances

Johan Denolf, directeur de la section criminalité financière de la police fédérale, serait bien placé pour succéder à Franz-Hermann Brüner au poste de directeur général de l'Office européen de lutte anti-fraude (Olaf). Un service qui compte 400 collaborateurs, dont de nombreux hauts magistrats et des agents de police issus d'Etats membres de l'UE.

Le service anti-fraude européen dirigé par un Belge ?

© Belga

Johan Denolf, directeur de la section criminalité financière de la police fédérale et officiellement candidat pour diriger l'Office européen de lutte anti-fraude (Olaf), a de bonnes chances de décrocher la fonction, rapporte mercredi De Tijd. L'homme était déjà candidat en 2005 pour succéder à l'Allemand Franz-Hermann Brüner au poste de directeur général de l'Olaf, avait été sélectionné parmi cinq candidats retenus sur plus de 180 candidatures mais, en définitive, Franz-Hermann Brüner avait été réélu pour un nouveau mandat.

L'Olaf compte environ 400 membres du personnel, dont de nombreux hauts magistrats et des agents de police issus d'Etats membres de l'UE. Depuis sa création en 1999, l'Olaf a enquêté sur plus de 7.000 indications de fraude, de corruption et d'autres mauvaises pratiques qui portent préjudice aux intérêts financiers de l'Union européenne.

Depuis la réforme de la police belge en 2001, Johan Denolf occupe le poste de directeur de la direction centrale de la section criminalité financière (DJF) de la police fédérale. Ce service regroupe notamment l'unité fédérale contre la cyber-criminalité (FCCU), le service central anti-fraude OCDEFO et l'Office central pour la répression de la corruption (OCRC). L'offre d'emploi pour la nomination européenne a récemment été publiée et les personnes intéressées ont jusqu'au 7 mai pour présenter leur candidature.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires