Le prix Nobel suffit-il pour entrer à la Fed ?

06/06/11 à 16:51 - Mise à jour à 16:51

Source: Trends-Tendances

Apparemment pas pour nombre de sénateurs américains, qui se sont opposés à la nomination de Peter Diamond, prix Nobel d'économie 2010, au directoire de la Federal Reserve, la banque centrale US.

Le prix Nobel suffit-il pour entrer à la Fed ?

© Reuters

Peter Diamond, lauréat du prix Nobel d'économie 2010, a annoncé lundi avoir renoncé à entrer au directoire de la Réserve fédérale, la banque centrale des Etats-Unis, face à l'obstruction à laquelle se heurte sa nomination au Sénat.

"Il est temps que je me retire, ainsi que je compte l'annoncer à la Maison-Blanche, écrit-il dans une tribune publiée par le New York Times . J'ai reçu le prix Nobel d'économie en octobre dernier pour mes travaux sur le chômage et le marché du travail, mais je ne suis pas qualifié pour travailler au conseil des gouverneurs de la Fed, au moins pour les sénateurs républicains qui ont bloqué ma nomination."

Peter Diamond rappelle que les républicains de la commission bancaire du Sénat ont voté en bloc contre lui, "ce qui rend extrêmement improbable le fait que (sa) candidature puisse surmonter les hostilités lors d'un vote plénier" à la Chambre haute.

Le président américain Barack Obama avait annoncé en avril 2010 avoir choisi de nommer Peter Diamond à un siège vacant du conseil des gouverneurs de la Fed, mais cette nomination a été rejetée par deux fois au Sénat et risquait fort de l'être une troisième fois.

Dans sa tribune intitulée "Quand un prix Nobel ne suffit pas", Peter Diamond répond point par point aux attaques de Richard Shelby, estimant, au contraire de ce qu'affirme cet élu républicain, que ses travaux théoriques le rendaient parfaitement qualifié pour participer à la détermination de la politique monétaire du pays.

Agé de 71 ans, Peter Diamond indique qu'il se consacrera à sa chaire d'enseignement au Massachusetts Institute of Technology (MIT). "Néanmoins, nous devrions tous être inquiets du niveau de perversion atteint par le processus de confirmation au Sénat et de la faible compréhension de la politique monétaire dont font preuve les élus qui sont chargés de la surveiller", écrit-il.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires