La fooooooormidable stratégie de Stromae

29/08/13 à 15:06 - Mise à jour à 15:06

Source: Trends-Tendances

Derrière le chanteur à succès du moment Stromae se dévoile une stratégie habilement orchestrée.

La fooooooormidable stratégie de Stromae

© Frédéric Pauwels

Très belles ventes
Cheese, son premier opus, s'est écoulé à 200.000 exemplaires (CD et téléchargements) à travers le monde, dont 56.000 en Belgique, où un bon score tourne en général aux alentours de 15.000 ou 20.000 exemplaires. Son single Alors on danse a quant à lui été téléchargé 3 millions de fois.

La maîtrise des buzz...
S'il est sorti le 19 août, son album Racine Carrée est pourtant l'aboutissement d'une campagne d'images habilement orchestrée depuis février. L'équipe entourant le chanteur avait même été jusqu'à téléguider la mise en ligne d'une vidéo où on pouvait le voir (faussement) ivre au coeur de Bruxelles. Résultat ? Plus de 500.000 vues avant même le lancement du véritable clip de la chanson Formidable. Ce dernier a été visionné 18 millions de fois. De plus, s'il a annoncé la sortie de son album (sorti opportunément en période creuse) via Twitter, ce n'est pas un hasard. Le chanteur y compte 248.000 followers. Dans les jours qui ont suivi la sortie de Racine Carrée, (du 21 au 23 août), les internautes ont mentionné Stromae pas moins de 13.308 fois sur les réseaux sociaux d'après The Cube, un bureau d'études spécialisé en earned media. Un engouement également suivi par la presse belge.

Carton sur YouTube
Son deuxième album n'était pas encore dans les bacs que, déjà, il connaissait un franc succès : platine en Belgique dès le départ, et déjà à la tête des téléchargements dans pas mal de pays. Le chanteur d'origine bruxelloise fait un carton. Sa chanson Papaoutai a attiré plus de 30 millions de vues sur YouTube en à peine deux mois, prête à dépasser les 41 millions de vues du tube planétaire du chanteur (Alors on danse) de 2009. Si on totalise les vues de quelques-unes des vidéos officielles de Stromae sur YouTube, on dépasse rapidement 115 millions de visionnages ! Quand on sait qu'un affilié sur YouTube touche environ 1 dollar pour 1.000 vues, en plus des droits d'auteur qui y sont liés, on peut estimer à plus de 115.000 euros la valeur publicitaire des vues sur la plateforme de vidéos online.

Collaborations internationales opportunes
Porté par le succès de son premier tube, Stromae a réussi à s'entourer de quelques personnalités en vue : l'humoriste Jamel Debbouze dans un sketch vidéo, le célèbre rappeur Kanye West pour un remix d'Alors on danse dans le but de toucher le marché américain, Will.i.am (et son groupe à succès les Black Eyed Peas) lors d'une émission de télé... Autant de rencontres opportunes qui ont fait voyager la notoriété de Stromae à travers le monde. Le Belge est parvenu à faire grimper ses titres dans les hautes places des charts en France, en Belgique mais aussi en Allemagne, en Israël, au Danemark ou encore au Royaume-Uni.

Mosaert : le labo de Stromae
Stromae n'est pas soumis à un contrat d'artiste classique avec Universal Music, le chanteur ne laissant au passage qu'un faible pourcentage de ses revenus à la maison de disques. C'est dans le cadre de sa SPRL Mosaert, logée chaussée de Waterloo à Uccle, que Stromae développe l'ensemble de ses activités. Il dispose, via sa société, d'un contrat de licence avec Universal Music, qui se charge essentiellement de la promotion et de la distribution de sa musique. Par contre, tous les investissements (productions, création artistique) sont pris en charge par Stromae lui-même. Sa SPRL a ainsi dégagé 256.000 euros de bénéfices en 2012, année où il n'a pas sorti de nouveauté, contre 593.000 en 2011. Les droits d'auteur ne sont pas repris dans cette structure et sont payés en direct à l'artiste. Des montants que son entourage se refuse, évidemment, à communiquer. Mais que certains évaluent déjà à plus de 500.000 euros...

Bientôt sa ligne de vêtements
En septembre 2010, la SPRL Mosaert déposait la marque Stromae pour toutes les utilisations possibles liées à la musique mais aussi au merchandising. Le chanteur n'a pas encore réellement lancé de produits dérivés mais sa firme prépare une ligne de vêtements dans le style bariolé de l'artiste : des polos et des chaussettes semblables à ceux qu'il porte généralement.

En savoir plus sur:

Nos partenaires