La direction de la SNCB "gelée", faute de gouvernement

24/01/11 à 09:54 - Mise à jour à 09:54

Source: Trends-Tendances

Les mandats des patrons de la SNCB et de la SNCB Holding prennent fin le 31 janvier. Or, leur reconduction éventuelle doit se faire par arrêté royal... ce qui nécessite un gouvernement de plein exercice. Le problème touche également de nombreux fonctionnaires.

La direction de la SNCB "gelée", faute de gouvernement

© Belga

Alors que les mandats des patrons de la SNCB arrivent à échéance, les nouvelles nominations restent en suspens en raison de la crise gouvernementale. Le problème se pose également pour les nominations des fonctionnaires ordinaires.

Le 31 janvier, les mandats de Jannie Haek (à la tête de la SNCB Holding) et de Marc Descheemaecker (à la tête de la SNCB) arriveront à échéance. La reconduction de leur mandat doit se faire par arrêté royal, ce qui nécessite un gouvernement de plein exercice. "Afin d'assurer la continuité du service public, ils resteront en poste jusqu'à la nomination d'un nouveau gouvernement", a précisé un porte-parole d'Inge Vervotte ministre des Entreprises publiques.

D'autres nominations de hauts fonctionnaires restent gelées, faute de gouvernement. C'est le cas à la tête du SPF Finances, du SPF Economie, de l'Office des Pensions et de l'Inasti. Les fonctionnaires ordinaires - de niveau A - sont également touchés. Il s'agit de fonctionnaires qui ont obtenu une promotion mais dont la nomination doit être consacrée par un arrêté royal.

"Des centaines de personnes sont concernées !", déplore Marc Nijs (CSC). Selon le représentant du syndicat chrétien, cette situation devient problématique : "Les gens peuvent être nommés ad interim mais ils n'osent pas toujours prendre de décisions."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires