Jeb Bush ou comment dépenser 130 millions de dollars pour rien

24/02/16 à 10:00 - Mise à jour à 11:09

Jeb Bush, qui a abandonné la campagne des primaires après l'échec en Caroline du Nord, a sans doute battu un record: celui du candidat ayant dépensé le plus, sans avoir remporté la moindre primaire.

Jeb Bush ou comment dépenser 130 millions de dollars pour rien

© AFP

Frère et fils d'un président des États-Unis, Jeb Bush semblait parti avec de gros avantages, notamment financiers. Il disposait des meilleurs soutiens financiers et avait accumulé plus de 150 millions de dollars, dont 130 millions ont été dépensés. Il a fini par abandonner la course après trois primaires républicaines. Dans le meilleur des cas, il était arrivé en 4e position et avait remporté 11% des voix, dans le New Hampshire.

Des chauffeurs et des pizzas

Jeb Bush a pourtant dépensé nettement plus que le milliardaire Donald Trump, qui fait le course en tête, et dispose d'un budget de 27,3 millions de dollars. Le New York Times s'est amusé à détailler la facture des dépenses du candidat Bush. La plus grande partie, 84 millions de dollars, est allée à des campagnes publicitaires, nécessaires pour se faire un prénom. Jeb Bush est certes une figure publique connue à l'époque où il était gouverneur de Floride, mais avait quitté cette fonction depuis 8 ans et n'est guère prompt à la polémique. Rien à voir avec Donald Trump, qui n'a guère besoin de spots TV, avec son art de sortir des jugements provocateurs répercutés par tous les médias.

Viennent ensuite les consultants, que Jeb Bush a consommé à hauteur de 10 millions de dollars, 8,3 millions de dollars pour un staff qui était le plus important de tous les candidats. Le quotidien américain relève quelques dépenses plus anecdotiques, comme les "valets", 15.800 dollars, "car les voitures des donateurs ne se parquent pas toutes seules", utilisés lors des réunions de fund raising. Et, enfin, 4.837 dollars de pizzas, car il n'a jamais laissé ses équipes mourir de faim, même ces dernières semaines, "lorsqu'il a licencié une partie du staff pour réduire les dépenses."

Nos partenaires