David Dechamps, l'homme fort du paiement électronique

04/07/11 à 15:59 - Mise à jour à 15:59

Source: Trends-Tendances

David Dechamps est le nouveau general manager de MasterCard pour la Belgique et le Luxembourg. Etape logique d'une carrière construite sur les systèmes de paiements. Avec passion !

David Dechamps, l'homme fort du paiement électronique

"On pourrait s'imaginer que ça n'est pas gai de travailler sur les moyens de paiement mais en réalité beaucoup de choses se passent ! Mon enthousiasme est intact. Et puis le cash est toujours roi, il y a donc encore des opportunités..."

David Dechamps a construit sa carrière autour de ce fil conducteur : il la commence en 1993, chez l'ancêtre de BNP Paribas Fortis, qui s'appelle à l'époque la Générale de Banque. Pendant quatre ans, il est product manager et s'occupe de la gestion des paiements électroniques. Vient plus tard une expérience de deux ans dans la société française Gemalto, leader dans la production de cartes à puces. "C'était très intéressant, ça m'a apporté le point de vue du fournisseur de technologies, avec une problématique plus industrielle", commente-t-il. Ensuite, David Dechamps entre chez MasterCard, il y a plus de 10 ans. Il est chargé du développement puis du support à la vente des produits et solutions, avant d'être nommé, en mai dernier, general manager pour le marché belge et luxembourgeois. Cette nomination arrive, selon lui, à un "moment charnière dans les moyens de paiement, avec l'introduction de nouvelles technologies."

Notamment les systèmes de paiement sans contact, par exemple par GSM : bientôt vous arriverez à la caisse et, pour des petits montants, votre compte pourra être automatiquement débité ! "Le processus va prendre un certain temps, explique David Dechamps. Il faut développer les infrastructures, investir, faire l'éducation des consommateurs... A mon avis, il faudra encore attendre trois ou quatre ans avant que ça ne soit mis en place." En tout cas, le sujet le passionne, même si la mise en £uvre de nouveaux moyens de paiement en Belgique doit se faire avec prudence. Le paiement par carte y est bien développé ; il représente environ un tiers des dépenses des consommateurs, un chiffre dans la moyenne des pratiques en Europe. "C'est un marché mature et efficient, résume David Dechamps. Avant d'y introduire des solutions nouvelles, il faut bien préparer le terrain !"

Les banques privilégient d'ailleurs avec MasterCard un autre sujet. "La sécurité est leur grande préoccupation, précise-t-il, car la fraude est très bien organisée. Alors c'est sûr, on parle aussi innovation, mais nos discussions tournent en majorité autour de la sûreté des moyens de paiements qui existent déjà." La sécurité, c'est donc la préoccupation principale de MasterCard. L'autre priorité, c'est d'être accepté par un nombre important de commerçants. "On a oublié que ça n'a rien d'évident... Les gens ont perdu la valeur de ce geste banal, payer par carte !"

Franceline Beretti

Nos partenaires