Coup d'½il sur la feuille d'impôt de Warren Buffett

13/10/11 à 16:40 - Mise à jour à 16:40

Source: Trends-Tendances

Warren Buffett a engrangé 62,8 millions de dollars en 2010, soit 39,8 millions imposables, sur lesquels il a réglé 6,9 millions en impôts. Un taux de 17,3 %, nettement inférieur à ce que paie... sa propre secrétaire.

Coup d'½il sur la feuille d'impôt de Warren Buffett

© Reuters

Le milliardaire américain Warren Buffett, qui a inspiré les récentes propositions du président Barack Obama pour augmenter les impôts des Américains les plus riches, a dévoilé le détail de ses revenus et impôts pour prouver qu'il en paye moins que l'Américain moyen.

Dans une lettre adressée mercredi à un élu du Congrès, le 3e homme le plus riche du monde dit avoir gagné 62,8 millions de dollars l'année dernière, ramenés à une somme imposable de 39,8 millions. Warren Buffett précise avoir payé 6,9 millions de dollars en impôts, soit un taux de 17,3 %, ce qui est bien moins, selon lui, que ce que payent de nombreux Américains, y compris sa propre secrétaire.

Il écrit au représentant Tim Huelskamp, qui critique sa position sur les impôts, que la plupart des sénateurs et députés versent plus de 30 % de leurs revenus en impôts, "comme le font tous les employés de mon bureau sauf moi".

Warren Buffett, qui a accumulé une fortune de plus de 50 milliards de dollars, répondait à un appel de Tim Huelskamp lui demandant de prouver la véracité de ses affirmations sur le peu d'impôts auxquels il est assujetti en publiant sa feuille d'impôts. "Ce qui serait utile serait de voir un plus grand nombre d'ultra-riches publier leurs impôts", écrit l'Oracle d'Omaha, citant notamment Rupert Murdoch, propriétaire du Wall Street Journal, qui a critiqué la semaine dernière ses appels en faveur d'impôts plus élevés pour les riches.

Tim Huelskamp a réagi sur son site Internet en regrettant que Warren Buffett n'ait toujours pas diffusé sa feuille d'impôts officielle : "Si Warren Buffett souhaite réellement payer sa part juste d'impôts au gouvernement, il peut sans problème envoyer des contributions volontaires au président Obama et au gouvernement fédéral. Ce qu'apparemment, il n'a pas fait."

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires