"Ce n'est pas moi qui ai tué Lehman Brothers : c'est la Fed !"

01/09/10 à 16:42 - Mise à jour à 16:42

Source: Trends-Tendances

"Lehman a été forcé de déposer le bilan non pas à cause de sa négligence ou d'un refus à chercher des solutions à la crise, mais à cause d'une décision, basée sur des renseignements faux, de ne pas lui apporter le soutien offert à chacun de ses concurrents", dénonce aujourd'hui Dick Fuld, ex-patron de la banque d'affaires déchue.

"Ce n'est pas moi qui ai tué Lehman Brothers : c'est la Fed !"

© Bloomberg

Revivez la chute de la banque d'affaires grâce à notre article "Wall Street : cette partie de poker qui a tué Lehman Brothers", mis en ligne le 16 septembre 2008.

Dick Fuld, ex-CEO de la banque d'affaires américaine Lehman Brothers, a accusé mercredi la Federal Reserve d'avoir traité son entreprise de façon inéquitable et d'avoir ainsi contribué à sa faillite en septembre 2008. Ces accusations figurent dans un témoignage écrit devant la Commission d'enquête sur la crise financière, qui doit rendre ses conclusions à la fin de l'année.

"Lehman a été forcé de déposer le bilan non pas à cause de sa négligence ou d'un refus à chercher des solutions à la crise, mais à cause d'une décision, basée sur des renseignements faux, de ne pas lui apporter le soutien offert à chacun de ses concurrents et à d'autres entreprises non financières dans les jours suivants", a ainsi dénoncé Dick Fuld.

La veille de cette faillite retentissante, le dimanche 14 septembre 2008, "la Fed a accordé aux banques d'affaires le type de collatéral (Ndlr, actifs apportés en garantie d'une dette) autorisés pour emprunter" en vertu d'une facilité de crédit mise en place par la banque centrale six mois plus tôt, a-t-il rappelé.

"Seul Lehman s'est vu refuser cet accès étendu. J'affirme que s'il s'était vu accorder le même accès que ses concurrents, même aussi tard que ce dimanche soir-là, Lehman aurait eu le temps au moins d'un démantèlement ordonné ou d'un rachat qui aurait atténué la crise qui s'en est suivie. Ce dont Lehman avait besoin ce soir-là était un relais de liquidités. Nous avions le capital."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires