Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

26/10/12 à 10:41 - Mise à jour à 10:41

OR, obligations de pays émergents... comment rémunérer convenablement son épargne ?

Avec les assureurs qui ne donnent plus que du 2% au lieu des 3,25% sur les assurances-vie, avec la plupart des banques qui donnent à peine du 1% pour les livrets d'épargne - c'est moins que l'inflation qui est de 2,6% en Belgique, certains épargnants se posent la question : ne faut-il pas retourner vers le marché des actions, faute d'alternative pour rémunérer convenablement leur épargne ?

Certains jouent la carte de l'or, car ils pensent que l'or va monter. De fait, depuis le début de l'année 2012, l'or a grimpé de 11% , et certains le voient encore monter. Notamment parce que les Indiens grands consommateurs d'or en ont moins acheté ces derniers mois, car leur monnaie nationale a perdu des plumes face au dollar et donc l'achat d'or devenait impossible pour beaucoup d'Indiens. Depuis, la devise indienne a repris des couleurs, et beaucoup d'experts s'attendent à une hausse de l'or, notamment suite à la fête de Diwali, la fête des Lumières durant laquelle il est de tradition de nettoyer de fond en comble sa maison et... d'offrir de l'or à son épouse !

D'autres ne jurent que par les obligations de pays émergents pour se refaire une santé, et d'autres encore tentent leur chance avec des obligations de grandes firmes internationales. Bref, chacun a sa petite idée pour ne pas rester scotché avec du 1% comme rendement. Mais qu'en est-il en réalité ? Si l'on prend comme point de départ le 1er janvier de l'année, les placements qui ont le mieux progressé, ce sont les actions américaines avec une hausse de 15% de l'indice S&P500, l'indice des 500 plus grandes entreprises des Etats-Unis.

Les actions de pays émergents ne se sont pas trop mal débrouillées non plus avec une progression de quasi 12% - quant à l'or, il a progressé de 11%, ce qui est pas mal non plus. L'Europe est plutôt à la traine, sauf si on regarde individuellement certains pays. C'est le cas de la Belgique, dont l'indice Bel 20 a enregistré une hausse de presque 14% - mais attention : derrière les indices, il y a aussi la réalité, le Bel 20 a pris des couleurs en 10 mois, c'est vrai, mais il est à peine à la moitié du niveau auquel il se trouvait avant la crise de 2008. Voilà sans doute l'une des raisons pour laquelle le Belge est encore tétanisé vis-à-vis des actions.

Nos partenaires