Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

25/08/10 à 10:18 - Mise à jour à 10:18

OPA : la saison de la chasse est ouverte !

Les grandes entreprises sont reparties à la chasse aux bonnes affaires. En Bourse, cela se traduit par des rachats d'entreprise à coup de dizaines de milliards de dollars.

Les grandes entreprises sont reparties à la chasse aux bonnes affaires. En Bourse, cela se traduit par des rachats d'entreprise à coup de dizaines de milliards de dollars.

GDF Suez a d'abord épaté les marchés en proposant de racheter une société britannique avec une offre de 21 milliards de dollars. On croyait que ce serait le record de l'été lorsque, soudain, ce record a été pulvérisé par le géant minier BHP Billiton qui, lui, a proposé de racheter une société canadienne pour 42 milliards de dollars. Ces deux opérations ne sont que les plus médiatiques. La liste des autres rachats est trop longue pour la citer ici !

C'est vrai, c'est bien le retour des OPA en Bourse et, visiblement, les grandes manoeuvres ne font que commencer. Cela fait évidemment plaisir aux investisseurs, qui commençaient à désespérer de voir les actions reprendre un jour le chemin de la hausse.

Dans les semaines et mois à venir, beaucoup d'entreprises changeront donc de mains. Pourquoi cette frénésie d'achats ? Les banquiers ont à nouveau ouvert les robinets du crédit après deux ans de régime. Traduction : les rachats d'entreprise peuvent à nouveau se faire à crédit. D'autant plus facilement que les taux d'intérêt sont aujourd'hui bas.

L'autre raison, c'est qu'auparavant, les Bourses étaient par trop volatiles, des incertitudes planaient sur le plan économique, autant d'éléments qui rendaient difficile la valorisation des entreprises. Or, lorsque vous ne pouvez mettre un prix sur une entreprise, il est clair que vous vous abstenez de la racheter.

Du côté des entreprises, cette soif de rachat s'explique également par le fait que, durant deux ans, les grandes sociétés ont drastiquement baissé leurs coûts pour restaurer leurs marges. Comme leur trésorerie se porte désormais mieux, elles profitent de la faiblesse de certaines entreprises concurrentes pour les racheter à bon prix. La saison de la chasse est ouverte !

Nos partenaires