Ogone s'offre Tunz

17/07/12 à 13:31 - Mise à jour à 13:31

Source: Trends-Tendances

Le leader européen du paiement en ligne Ogone annonce aujourd'hui l'acquisition de Tunz, une entreprise belge spécialisée dans le paiement mobile, dans laquelle Belgacom détenait une participation de 40 %.

Ogone s'offre Tunz

© Image Globe

Plusieurs sources évoquaient ces derniers jours la fin de Proton, prévue pour 2014, et les possibilités offertes par le mobile. Avaient-ils flairé la nouvelle ? Mardi, le leader européen du paiement en ligne Ogone annonçait en effet racheter 100 % de Tunz, une entreprise belge spécialisée dans le paiement mobile, dont Belgacom avait pris 40 % des parts en 2009. Le montant de l'opération n'est pas connu.

L'opération permet à Ogone d'étendre son offre aujourd'hui purement technologique - sa plateforme met en relation les commerçants en ligne avec les banques de leurs clients - à des services bancaires, puisque Tunz possède une licence pour émettre de la monnaie. "Plutôt que de solliciter chaque banque des pays où il souhaite être actif, l'e-commerçant pourra signer un contrat unique avec Tunz, via laquelle transiteront l'ensemble des flux financiers générés par le webshop et qui gérera les relations avec les banques concernées, explique Peter De Caluwe, CEO d'Ogone. Avec Ogone comme partenaire technique et Tunz comme partenaire bancaire, les commerçants verront la gestion des transactions grandement facilitée. Une couverture des risques de change leur sera également proposée." Le business model des deux entreprises reste inchangé : "Ogone fonctionne sur base d'une souscription mensuelle et d'un fee fixe par transaction. Tunz s'octroiera un pourcentage des transactions, déterminé en fonction des négociations avec les banques partenaires et majoré de façon à dégager une marge sur les clients finaux."

Le rachat de Tunz devrait également permettre à Ogone de développer son offre de paiement mobile, par SMS et lecture de puces NFC (near field communication), deux technologies qui sont depuis plusieurs années pressenties pour succéder aux systèmes de micro paiement de type Proton. "Elles n'ont pas encore percé pour trois raisons, estime Peter De Caluwe. D'abord parce qu'elles ont été lancées trop tôt - il y a cinq ans, on commençait seulement à s'adapter à l'Internet -, ensuite parce que les technologies mobiles n'étaient pas encore aussi avancées qu'elles le sont aujourd'hui, avec l'arrivée des smartphones, et enfin parce que le marché belge ne permettait pas d'atteindre la masse critique d'utilisateurs (e-commerçants et clients). Nous comptons déployer de gros efforts dans les six prochains mois pour promouvoir la solution PingPing auprès de nos clients - 35.000 dans le monde - et auprès d'opérateurs télécoms partenaires. L'accord de rachat comprend également un partenariat commercial avec Belgacom, qui s'engage à pousser la solution auprès de ses utilisateurs finaux : ceci devrait nous permettre d'accélérer fortement le taux de pénétration de PingPing."

Au niveau du management, la structure reste inchangée. "Les deux entreprises conservent leur comité de direction, mais nous devrons mettre en place une équipe chargée d'atteindre les objectifs liés à au rapprochement", explique Peter De Caluwe. Une trentaine de personnes devraient être recrutées dans cette optique, outre les 80 recherchées par Ogone cette année.

Camille van Vyve

Nos partenaires