"Nous exigeons que l'Europe agisse maintenant! "

24/10/12 à 12:42 - Mise à jour à 12:42

Source: Trends-Tendances

(Belga) A l'annonce de la fermeture en 2014 de l'usine Ford de Genk, le syndicat libéral ACLVB a exigé que le conseil d'entreprise européen et que l'Europe elle-même agissent.

"Nous exigeons que l'Europe agisse maintenant! "

"La crise de l'euro a provoqué une baisse des ventes de voitures et Ford Genk est en surcapacité. J'espère que le duo Peeters-Van Rompuy se mettra en action dès ce mercredi midi. Car le problème dépasse la Belgique", lance Jan Vercamst, le président national de l'ACLVB. M. Vercamst se demande aussi pourquoi seules les banques bénéficient d'un sauvetage et pour quelles raisons l'Europe ne donne aucun signal lorsqu'il s'agit de l'industrie réelle. "Pourquoi ne pouvons-nous espérer un plan européen de sauvetage pour les quatre sites Ford en Europe, à l'instar de ce qu'a fait le président américain Barack Obama pour GM et Chrysler, ou de ce qu'a réalisé le président français François Hollande pour Peugeot-Citroën ? " "C'est la énième gifle pour l'industrie automobile en Belgique. J'appelle tous les représentants du personnel au conseil d'entreprise européen à fermer dès à présent tous les sites européens et à mener des actions ensemble. Mettons-nous d'accord pour répartir les efforts sur toutes les usines", dit Hugo Engelen, secrétaire régional flamand. Ford a annoncé mercredi lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire que l'usine de Genk fermerait ses portes en 2014. Quelque 4.300 personnes y travaillent actuellement. (VIM)

Nos partenaires