Non-marchand - Les manifestants déçus par les réponses de la FEB et du gouvernement

31/01/13 à 14:20 - Mise à jour à 14:20

Source: Trends-Tendances

(Belga) Ils étaient un millier de militants du secteur non-marchand à avoir fait le déplacement à Bruxelles, jeudi matin, afin de participer à une manifestation en front commun syndical. Exclu "arbitrairement" du projet de réduction des cotisations salariales négocié au sein du Groupe des 10, le secteur entendait exprimer son mécontentement.

Non-marchand - Les manifestants déçus par les réponses de la FEB et du gouvernement

Parti vers 10h30 du siège de la CSC au centre de Bruxelles, le cortège bigarré s'est dirigé vers la Fédération des Entreprises de Belgique où une délégation devait être reçue sur le coup de 11 heures. Le bâtiment de la FEB était cependant inaccessible, la rue Ravenstein ayant été bloquée par des chevaux de frise. Les manifestants se sont alors dirigés vers la petite ceinture de Bruxelles, en direction de la rue de la Loi. A nouveau confrontés à un cordon policier à l'approche de la résidence du Premier ministre, les militants ont attendu, dans une ambiance bon enfant, que leurs responsables viennent leur livrer les résultats de leur entrevue avec la FEB mais aussi avec des membres du gouvernement. "Pour la FEB, c'est clair: l'enveloppe de 370 millions que le Groupe des 10 devait répartir, n'est pas destinée au non-marchand. Cet argent doit permettre de relancer la compétitivité de la Belgique et notre secteur n'entre pas dans ce cadre", a résumé Christian Masai, secrétaire fédéral du SETCa, au terme de la manifestation. "La FEB refuse donc que le non-marchand bénéficie d'une partie de cette somme d'autant que d'après elle, nous avons déjà reçu de l'argent pour le dossier du bien-être", a-t-il ajouté sous les huées de la foule. Quant à la rencontre avec le gouvernement, elle ne s'est pas révélée plus positive. "Nous avons pu nous entretenir avec des représentants du Premier ministre et du cabinet de la vice-première ministre Joëlle Milquet. Les autres vices-premiers étaient eux aussi conviés à la réunion mais aucun n'est venu. Conclusion: ils se fichent du non-marchand", a dénoncé Yves Hellendorff, permanent national pour le secteur à la CNE. Selon ce dernier, "le gouvernement ne prend pas ses responsabilités et se retranche derrière la concertation sociale avec le Groupe des 10 où notre secteur - qui est le seul à avoir intégralement transformé chaque réduction de cotisations salariales en emplois supplémentaires effectifs - n'est même pas représenté", a-t-il poursuivi. Les syndicats attendent désormais la réunion prévue demain/vendredi entre le gouvernement et le Groupe des 10. "Nous allons voir ce qui en ressort et nous ferons le point. Mais en l'absence de message clair de la part des autorités, nous nous retrouverons pour d'autres actions", ont-ils déjà averti. (PVO)

Nos partenaires