Non-marchand - Action jeudi pour réclamer une part de réduction des cotisations sociales

30/01/13 à 17:22 - Mise à jour à 17:22

Source: Trends-Tendances

(Belga) Le secteur non-marchand manifestera ce jeudi matin, contre le projet qui vise à l'exclure des mesures de réduction des cotisations sociales. Après un meeting, rue Plétinckx à 1000 Bruxelles, où sont attendus un millier de délégués syndicaux, les militants se rendront, en cortège, à la FEB et chez le Premier ministre où ils doivent être reçus sur le coup de 13 heures.

Les militants du secteur non-marchand demanderont notamment à Elio Di Rupo un soutien à la création de 1.500 nouveaux emplois, "à travers l'élargissement légitime de la mesure de réduction des cotisations au non-marchand", a annoncé mercredi le front commun syndical. "Créer 1 500 emplois est possible et nécessaire dans le secteur. Mais seulement et seulement si le non-marchand n'est pas brutalement exclu et discriminé en matière de réduction des cotisations salariales", a souligné la CNE au nom du front commun. "Dans le cadre des négociations interprofessionnelles, le Groupe des 10 était chargé par le gouvernement de répartir la somme de 370 millions d'euros de réduction de charges, telle que prévue au budget 2013. La note déposée au gouvernement réserve cette somme au seul secteur marchand, le secteur non-marchand en étant complètement exclu, sans aucun motif fondé", a poursuivi le syndicat chrétien. Or, selon le front commun, "le non-marchand est le seul secteur à avoir intégralement transformé chaque réduction de cotisations salariales en emplois supplémentaires effectifs. Des postes de travail ainsi créés, qui non seulement donnent du travail à près de 20.000 personnes, mais qui sont indispensables dans une société vieillissante, avec un besoin croissant en services à la population." Le gouvernement fédéral doit se positionner la semaine prochaine sur la proposition du Groupe des Dix. Face à cette échéance, le secteur "qui représente pour l'instant 12% de l'emploi global en Belgique, ne demande rien de plus ou de moins que sa part de réduction de cotisations salariales, mais qu'il s'engage, lui, à transformer en emplois", a conclu le front commun. (PVO)

Nos partenaires