NLMK La Louvière - Direction et syndicats acceptent de reprendre les négociations

05/12/12 à 17:17 - Mise à jour à 17:17

Source: Trends-Tendances

(Belga) La direction et les syndicats de l'entreprise sidérurgique NLMK La Louvière ont accepté mercredi, à l'issue d'une réunion avec le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt, de reprendre les négociations sur un nouveau plan industriel, condition sine qua non de la survie de l'entreprise, durement frappée par la crise, selon la direction.

NLMK La Louvière - Direction et syndicats acceptent de reprendre les négociations

Le ministre Marcourt a organisé ce mercredi une réunion tripartite regroupant la direction de NLMK La Louvière, les représentants des travailleurs et les représentants du gouvernement wallon. Une réunion qui a permis de relancer le dialogue social sur un plan de restructuration, au point mort depuis fin novembre. "A l'issue de la rencontre, les participants ont accepté de se remettre autour de la table pour tenter une dernière fois de dégager un accord sur un plan industriel. Ce plan devrait permettre d'assurer l'avenir du site de La Louvière", a annoncé dans un communiqué la direction de NLMK La Louvière, tout en précisant que "différentes réunions ont été programmées dans l'espace d'une dizaine de jours". "A ce stade, l'actionnaire, le groupe NLMK, confirme sa volonté de soutenir le site de La Louvière si un accord est trouvé", ajoute la direction locale. Le groupe russe NLMK avait menacé de plus soutenir financièrement sa filiale belge si direction et syndicats ne parvenaient pas à se mettre d'accord, pour le 30 novembre, sur un nouveau plan industriel. NLMK La Louvière perd actuellement quelque 8 millions d'euros par mois, une situation jugée intenable. La direction précise mercredi que la production va être relancée pour sept jours, grâce aux nouvelles commandes qui ont été prises, ce qui permettra au site louviérois "de survivre encore quelques semaines". Une nouvelle réunion tripartite sera organisée mi-décembre afin de faire le point sur la situation. (PVO)

Nos partenaires