Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

27/03/13 à 09:40 - Mise à jour à 09:40

New B: une banque coopérative n'est pas un mont de piété

Une nouvelle banque qui se lance avec 10.000 coopérateurs recrutés en à peine deux jours, c'est formidable ! La banque alternative New B a en effet atteint son premier objectif en 48 heures alors que le timing fixé pour atteindre les 10 000 citoyens partisans était plutôt attendu pour la fin juin.

C'est donc un véritable succès pour cette nouvelle banque coopérative! En effet, "New B", est une initiative commune de 61 organisations, dont trois syndicats, des organisations comme Greenpeace ou Caritas Catholica.

Bien entendu, si des organisations comme celles-là sont derrière cette nouvelle banque, c'est parce que son concept se veut coopératif, participatif, transparent, et sobre, et qui plus est : la banque investira dans l'économie réelle. Et de plus, les clients seront aussi coopérateurs: ils auront donc leur mot à dire dans sa gestion.

La suite de ce succès est maintenant très claire :"Ceux qui ont acheté une action seront invités à l'assemblée générale du 6 juillet, qui décidera des étapes suivantes du projet", c'est ce qu'a expliqué le coordinateur de cette success story, Marc Bontemps.

Le pari de New B est assez audacieux, parce qu'il y a déjà trop de banques présentes sur le marché belge, ce qui entraîne une concurrence élevée et une rentabilité faible. La preuve en est donnée encore aujourd'hui avec BNP Paribas Fortis qui a dévoilé la cartographie des 50 agences bancaires de son réseau qui seront supprimées en 2013 !

Mais c'est vrai, que sur le plan symbolique, l'initiative New B suscite la sympathie car les plus grands banquiers de Belgique le reconnaissent eux-mêmes, cette crise a laissé des séquelles auprès des populations, et le premier défi à relever pour les banques, c'est un défi de réputation. Donc, New B, a la chance de démarrer dans ce secteur avec une réputation vierge et un objet social plutôt sympathique aux yeux des citoyens.

Mais reste à voir comment sera gérée cette banque ? Car la crise est là, les taux de défaillance des entreprises ou des particuliers sont les mêmes partout. Le fait que la banque s'engage à utiliser l'argent de ses coopérateurs dans l'économie réelle, ne l'empêchera pas de faire son travail de sélection des candidats au crédit. Autrement dit, passé la première euphorie, il faudra bien garder à l'esprit qu'une banque coopérative n'est pas un mont de piété.

Nos partenaires