Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

20/01/14 à 10:31 - Mise à jour à 10:31

Netflix débarque quand même en Belgique ?

L'information a d'abord été démentie par Netflix mais des sources proches du dossier ont permis au journal Le Soir de confirmer cette arrivée... C'est une hypothèse probable dans le sens où Netflix est déjà implantée depuis un an dans plusieurs pays européens, dont la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et les pays scandinaves.

Autant le dire, l'arrivée de Netflix en Belgique va sans doute bousculer le paysage audio-visuel local, car avec ses déjà 40 millions d'abonnés, dont 30 millions rien que pour les Etats-Unis, Netflix a révolutionné le marché de la vidéo à la demande grâce à son offre illimitée. Similaire à Spotify dans son concept, Netflix propose de payer 8 euros en échange d'un accès illimité à une vidéothèque comprenant plus de 10.000 films et 3.000 séries télévisées via streaming.

En clair, l'offre de Netflix risque de déstabiliser le marché de la VOD, la vidéo à la demande, mais sans doute nettement moins une chaine à péage comme Be TV. Pourquoi cette différence ? Parce que Netflix a très peu de nouveautés dans son catalogue, en effet, la plus grande partie de celui-ci comporte des films vieux d'au moins deux ans et qui donc peuvent passer sur des chaines gratuites, alors qu'une chaine payante comme Be TV base son offre sur des nouveautés exclusives qui ont un an au maximum !

Mais bon, même si c'est une offre de complément, c'est tout de même un concurrent, et l'arrivée de Netflix, si elle n'est pas une nouvelle fois démentie, prouvera que la télé de papa est morte ! Déjà, la télévision linéaire, celle où le diffuseur vous impose sa programmation et ses horaires, était déjà mise à mal avec internet et les tablettes ; cette télévision linéaire souffrira un peu plus avec l'arrivée de Netflix, d'autant que pour capter Netflix, il suffira d'avoir une TV qui peut se connecter à Internet ou via votre tablette.

Mais comme le rappelle justement le journal Le Soir, l'expérience étrangère montre que Netflix n'est pas nécessairement un danger mortel pour les chaines généralistes. Comme le confirmait Hugue Rey de Havas au Soir, personne ne peut jamais prédire exactement le comportement des consommateurs d'ici 5 ou 10 ans. La seule certitude, c'est qu'ils auront une occasion de plus de se divertir pour 8 euros par mois, ce sont Kinepolis ou UGC qui vont grincer des dents...

Nos partenaires