Mort de l'économiste portugais Antonio Borges

25/08/13 à 14:48 - Mise à jour à 14:48

Source: Trends-Tendances

(Belga) L'économiste portugais Antonio Borges, conseiller du gouvernement pour les privatisations, est mort dimanche des suites d'un cancer, a-t-on annoncé de source officielle.

Mort de l'économiste portugais Antonio Borges

L'économiste, décédé à l'âge de 63 ans, avait été pendant un an directeur pour l'Europe du Fonds monétaire international (FMI), un poste dont il avait démissionné en novembre 2011 en pleine crise de la dette. Dans cette fonction il avait été amené à superviser les prêts à la Grèce et à l'Irlande, deux membres de la zone euro, fragilisés par la crise. Conformément à la tradition du FMI, il ne s'était pas occupé des relations avec son pays, le Portugal, autre maillon faible de la zone euro, auquel le FMI et l'Union européenne ont accordé en mai 2011 un plan de sauvetage de 78 milliards d'euros. Le président portugais Anibal Cavaco Silva a rendu hommage à M. Borges, le qualifiant "d'un des économistes les plus brillants de sa génération". Né à Porto, la grande ville du nord du Portugal, en 1949, l'économiste avait également été de 2000 à 2008, un des dirigeants de Goldman Sachs International, la filiale installée à Londres, de la banque d'affaires américaine. Après avoir été gouverneur adjoint de la Banque du Portugal de 1990 à 1993, M. Borges s'était rendu en France où il avait enseigné l'économie de 1993 à 2000 à l'Institut européen d'administration des affaires (INSEAD), à Fontainebleau dans la région parisienne. M. Borges avait également enseigné à l'Université de Lisbonne et à celle de Stanford aux Etats-Unis. Actif en politique, M. Borges était membre du Parti social-démocrate (PSD, centre droit) présidé par le Premier ministre, Pedro Passos Coelho, dont il était considéré comme un proche. M. Borges supervisait avant sa mort le programme de privatisations auquel le gouvernement s'est engagé auprès de ses créanciers en échange du plan d'aide et qui doit rapporter quelque 5,5 milliards d'euros sur trois ans. (Belga)

Nos partenaires