Menaces sur l'emploi de 500 agents de sécurité au Parlement européen

04/10/12 à 11:49 - Mise à jour à 11:48

Source: Trends-Tendances

(Belga) La FGTB et la CSC ont dénoncé jeudi la menace qui plane sur les 500 emplois de gardiennage du Parlement européen à Bruxelles. Ce dernier a en effet décidé d'internaliser le service de sécurité. Ces agents ne seront sans doute pas tous repris et ceux qui le sont, le seront à des conditions précaires, selon les syndicats socialiste et chrétien.

Menaces sur l'emploi de 500 agents de sécurité au Parlement européen

En avril, le Parlement européen avait retiré le contrat de gardiennage détenu par G4S pour le confier à Securitas. En juillet, le Parlement avait décidé d'internaliser son service de gardiennage. Il a à cet effet publié des offres d'emploi pour recruter 425 agents sous CDD alors que les agents actuels bénéficient d'un CDI, dénonce Koenraad Maertens, secrétaire syndical FGTB. "De plus, ces offres sont accessibles à tous alors que les agents actuels ont une solide expérience", poursuit le syndicaliste. La FGTB et la CSC, qui dénoncent une "décision politique", demandent que la priorité soit donnée aux agents actuels et que les engagés bénéficient d'un CDI. Les sites de Strasbourg et de Luxembourg sont également concernés. Une réunion est prévue le 11 octobre entre les syndicats et Francesca Ratti, la responsable du dossier et secrétaire général adjoint du Parlement européen. (PVO)

Nos partenaires