Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

18/04/14 à 10:39 - Mise à jour à 10:39

Mais que fait donc Apple?

La question semble bizarre mais c'est une question qui taraude pas mal d'observateurs du monde de la technologie. L'impression générale, c'est qu'Apple semble dormir sur ses lauriers car la firme à la pomme n'a plus sorti, depuis quelques années, de vrais produits de rupture technologique comme elle nous avait habitué à le faire! L'enjeu de cette question évidemment, c'est de voir si l'action Apple a encore un avenir radieux en Bourse ?

Les plus optimistes diront que Apple se porte bien malgré cette interrogation : en deux ans, son chiffre d'affaires a progressé de 70%, qui dit mieux ? Quant à la Bourse, il n'y a pas beaucoup d'entreprises dont la valorisation tutoie la barre des 500 milliards de dollars ! Concernant sa trésorerie, n'en parlons pas, Apple est assis sur une montagne de cash de 160 milliards de dollars, autrement dit, voilà une boîte qui ne dépend pas des banquiers pour sa progression.

Mais en dépit de ces chiffres très flatteurs, d'autres observateurs, dont le magazine économique Challenges, se posent quand même des questions. Ils ont peur que Apple s'embourgeoise et ne sorte plus des produits très innovants qui secouent le marché comme c'était le cas avec l'iPod, l'iPhone et puis l'iPad. Pour démontrer que leur inquiétude est justifiée, ils montrent que l'iPhone représente aujourd'hui plus de 50% du chiffre d'affaires d'Apple, c'est donc bien là, selon eux, un signe d'embourgeoisement, puisque cette firme dépend à 50% d'un seul produit !

D'autres vont plus loin encore et montrent que 70% du marché de l'iPhone en 2014 sera constitué par des achats de remplacement, et ce taux de 70% pourrait passer à 80% en 2015. Autrement dit, ce taux élevé montre ou démontre l'incapacité d'Apple à aller conquérir de nouveaux clients en dehors de ses produits actuels. C'est la raison pour laquelle, certains se disent que Apple, si elle veut garder la faveur des investisseurs en Bourse, devra tôt ou tard sortir un produit très innovant et surtout un produit de rupture. En clair, un produit dont les caractéristiques sont totalement innovantes par rapport à ce qui se fait sur le marché.

Avec une trésorerie de 160 milliards de dollars, Apple a clairement les moins les moyens financiers de le faire ! Est-ce que cela sera dans le cadre des montres connectées ou d'un autre produit, les paris sont ouverts.

Nos partenaires