Pas de quoi se réjouir

01/11/17 à 21:00 - Mise à jour à 12:05
Du Trends-Tendances du 02/11/17

Les faibles taux d'intérêt ont rendu quasi tous les investissements coûteux.

Lorsque les Bourses américaines battaient tous les records en 1929 et 1999, les investisseurs débordaient d'enthousiasme. Aujourd'hui, l'euphorie n'est plus de mise à Wall Street. Comparé aux bénéfices moyens indexés de ces 10 dernières années, les actions américaines cotaient pourtant deux fois plus cher ces 136 dernières années qu'aujourd'hui : avant le krach du 19 octobre 1929 et avant la crise des valeurs dotcom. Les actions de la zone euro et des pays en voie de développement sont, selon la même méthode d'évaluation, nettement plus chères que leur moyenne de long terme mais moins coûteuses que les actions américaines. Il n'y a pas que les actions qui sont chères. Le prix de quasi tous les actifs ont le vent en poupe. Actions, obligations, immobilier, tout est incroyablement cher par rapport à la moyenne de long terme et les prix continuent à grimper. Les taux sont tellement bas qu'ils poussent les investisseurs à prendre de plus en plus de risques. Des risques pour lesquels ils ne sont pas récompensés et qu'il leur est difficile d'évaluer.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires