Les secrets pour bien choisir un ceo

08/03/17 à 16:41 - Mise à jour à 16:40
Du Trends-Tendances du 09/03/17

Un mauvais CEO n'apporte jamais rien de bon. Et pourtant, les exemples sont légion. Citons la rotation des postes chez HP avant l'arrivée de Meg Whitman, chez Apple avant le second mandat de Steve Jobs et chez Yahoo au cours des 10 dernières années. A l'inverse, certaines affectations des plus étonnantes produisent d'excellents résultats. Tel a été le cas de Lou Gerstner chez IBM, d'Alan Mulally chez Ford et de Steve Jobs lors de son retour chez Apple.

D'après mon expérience, les membres d'un conseil d'administration capables de choisir un bon CEO passent par quatre étapes qui leur sont propres : ils travaillent d'arrache-pied pour définir les qualités essentielles pour réussir à ce poste ; ils font preuve d'ouverture quant aux antécédents du meilleur candidat ; ils envisagent toutes les possibilités pour savoir quel candidat est le plus opportun ; enfin, ils tolèrent certaines imperfections.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires