La banquière la plus puissante d'Europe

03/05/17 à 16:38 - Mise à jour à 16:37
Du Trends-Tendances du 04/05/17

Arrivée, à la mort de son père, à la tête de Santander, une des premières capitalisations bancaires de la zone euro, l'héritière s'est forgé en moins de trois ans une réputation d'excellence. Et veut redessiner une banque en phase avec la société.

La foule se presse, ce 13 septembre 2014, devant la cathédrale de Santander. Ministres, élus et grands patrons espagnols rendent un dernier hommage à l'un des hommes les plus puissants du pays, le banquier Emilio Botín, président du groupe Santander, qui vient de mourir subitement à l'âge de 79 ans. Ses six enfants, 16 petits-enfants, toute la famille est là. Mais tous les regards se tournent vers une seule personne. Une fine silhouette bronzée en robe noire, le regard mangé par une lourde mèche brune : Ana Botín, la fille aînée du disparu, qui, à 53 ans, vient d'être nommée présidente lors d'un court conseil d'administration. Peut-on encore gérer un groupe qui pèse alors plus de 93 milliards d'euros en Bourse comme une entreprise familiale ? s'interroge la presse anglo-saxonne dubitative, soulignant que la famille Botín possède à peine 2 % du capital. En Espagne, au contraire, personne ne questionne la succession. Ana Patricia Botín Sanz de Sautuola y O'Shea est née pour régner. Toute son éducation et sa carrière professionnelle l'ont préparée à ce jour.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires