Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

17/03/11 à 10:20 - Mise à jour à 10:20

Les tests de résistance des banques européennes: trop laxistes?

La presse décidément joue bien son rôle de contre pouvoir, elle vient encore de le démontrer avec les révélations du Financial Times sur le secteur bancaire européen.

De quoi s'agit-il ? Au cours de ce printemps, 88 banques européennes vont passer un test de résistance, l'idée est de voir ce qui se passerait au niveau de leur bilan si tel ou tel événement économique désagréable devait survenir, par exemple si l'immobilier devait chuter de x pour cent, ou si la croissance économique devait ralentir de y pour cent. Une manière fictive, donc, de vérifier, à travers des simulations, quelles sont les banques solides et qui peuvent résister à un choc externe et puis celles qui ne résisteraient pas et devraient donc renforcer leurs fonds propres au plus vite.

Tout cela est normal et procède de la plus élémentaire des prudences, sauf que ce n'est pas la première fois que l'Europe procède à des tests de résistance sur ses banques. L'été dernier, 91 banques ont été soumises à des tests de résistance. Sur ces 91 banques, seulement 7 banques avaient échoué leurs tests de résistance, 5 banques espagnoles, 1 allemande et 1 grecque. A l'époque, tout le monde s'était félicité de ce bon score sauf que quelques mois après, deux grandes banques irlandaises ont failli faire faillite, alors qu'elles avaient passé haut la main ces fameux test de résistance. En résumé, tout le monde avait compris que ces tests de résistance, à défaut d'être bidons, n'étaient pas assez sérieux.

C'est la raison pour laquelle, on procède à nouveau à des tests de résistance ce printemps, avec publication des résultats définitifs en juin prochain. Là encore, un document dévoilé par le Financial Times semble démontrer que les prochains tests de résistance seront aussi peu fiables que ceux de l'été dernier. Par exemple, les nouveaux tests de résistance ne tiennent pas compte d'un choc des matières premières, alors que les cours actuels démontrent que ce choc est loin d'être théorique Même scénario, les nouveaux tests de résistance simulent un plongeon de 15% des marchés boursiers, alors que l'été dernier, on parlait encore d'une chute de 20%. En résumé, selon le Financial Times, les nouveaux tests de résistance sont jugés trop laxistes surtout quand on voit l'impact du Japon sur les Bourses mondiales. Vouloir rassurer les contribuables européens et la Bourse sur le bon état des banques est une bonne chose mais rassurer ne veut pas dire dévoyer la vérité. Quand on sait que 51% des Belges disent avoir moins confiance dans leur banque, ce n'est pas le moment de les rassurer avec des tests bidons.

Nos partenaires