Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

10/01/11 à 09:48 - Mise à jour à 09:48

Les terres rares du Céleste Empire

A la fin des années 70, à l'époque du 2ème choc pétrolier, il y avait une phrase qui avait beaucoup de succès en France - "en France, on n'a pas de pétrole mais on a des idées".

Aujourd'hui, on pourrait reprendre la même phrase mais avec la Chine - à savoir, "au Moyen-Orient, il y a du pétrole, mais c'est en Chine, qu'on a des terres rares". Et cette gamme de terres rares contient des métaux comme le lanthanum, le lutétium ou le scandium. Ca sonne comme un cours de chimie du secondaire, mais il faut savoir que ces minerais sont plus que précieux pour l'industrie mondiale.

C'est avec ces terres rares que le moteur hybride de la Toyota Prius est réalisé, c'est toujours avec ces métaux précieux que fonctionnent certaines éoliennes ou certains écrans LCD ou certains GSM. Bref, ces métaux devenus indispensables sont d'autant plus précieux pour l'industrie occidentale qu'ils sont produits à plus de 90 % par la Chine.

Et vous vous en doutez, si j'en parle aujourd'hui, c'est parce que la Chine a décidé de réduire ses exportations. Ce qui fait évidemment peur aux industriels mais également à la commission européenne qui pensent que la Chine a trouvé là un nouveau levier de pouvoir contre ses concurrents occidentaux. Officiellement, la Chine s'en défend en disant que si elle a réduit les quotas d'exportation de ces minerais, c'est d'abord pour défendre son environnement.

C'est vrai que l'exploitation de ces métaux est très polluante pour les rivières avoisinantes - et il faut dire que si la Chine est devenue quasi le seul producteur de ces minerais, c'est parce qu'elle a pu bénéficier de sa main d'oeuvre bon marché, mais surtout, c'est parce qu'elle n'a pas respecté son environnement. La Californie qui était le plus gros producteur mondial de terres rares dans les années 80 a dû déclarer forfait car les règles environnementales l'ont forcé à fermer la dernière mine de ce genre.

Mais il ne faut pas être naïf, non plus. Si la Chine réduit les exportations de terres rares, c'est aussi pour se les réserver en priorité. Les occidentaux devront donc composer avec la Chine, car les experts ont calculé qu'il faudrait 15 ans aux Etats-Unis pour relancer une industrie durable des terres rares. D'ici là, il faudra bien composer avec les Chinois et mordre sur sa chique.

Nos partenaires