Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

05/04/12 à 10:37 - Mise à jour à 10:37

Les tergiversations de HP

Dans les affaires comme dans la vie, on dit toujours qu'il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis. Ici les "idiots" sont les patrons de la firme HP qui sont payés plusieurs millions de dollars par an pour diriger la firme. Entre 2005 et aujourd'hui, il y a eu autant de stratégies pour HP qu'il y a eu de PDG qui se sont succédés à la tête de cette firme américaine.

Dans les affaires comme dans la vie, on dit toujours qu'il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis. Ici les "idiots" sont les patrons de la firme HP qui sont payés plusieurs millions de dollars par an pour diriger la firme. Entre 2005 et aujourd'hui, il y a eu autant de stratégies pour HP qu'il y a eu de PDG qui se sont succédés à la tête de cette firme américaine.

En 2005, par exemple, il avait été décidé de fusionner la division PC de HP avec la division imprimante. Quelques mois plus tard, le nouveau PDG a changé d'avis et a séparé ces deux activités. En 2009, on décide de les fusionner à nouveau. En fin 2011, rebelote, un autre PDG décide de les scinder, jusqu'à ce mois de mars 2012, ou devinez-quoi - je vous le donne en mille - la nouvelle patronne de HP confirme qu'elle va fusionner la division imprimante et la division PC de la firme américaine...

A vrai dire, si tous les PDG de HP se sont focalisés sur la division imprimante et PC, c'est parce que ses deux activités représentent la moitié du chiffre d'affaires de HP. En plus, ces deux activités souffrent de la concurrence du chinois Lenovo qui le talonne en matière de ventes de PC. Lenovo pourrait même dépasser HP en terme de parts de marché d'ici la fin de cette année. Quant à la division imprimante, elle souffre de l'essor de la dématérialisation, sans oublier les comportements plus écologiques.

Bref, c'est l'alerte rouge chez HP. Si aujourd'hui, il a été décidé de fusionner ces deux divisions, c'est également pour générer des économies de coûts. Justement, c'est cette économie des coûts qui n'a pas fortement convaincu la Bourse. Les analystes sont un peu échaudés de voir la direction de HP changer d'avis quasi tous les ans. Le mot d'ordre aujourd'hui en Bourse, c'est attendons de voir.

Pendant ce temps, d'autres firmes non occidentales avancent leurs pions dans d'autres secteurs. C'est le cas, par exemple, de l'indien Tata qui comme vous le savez a racheté Land Rover et Jaguar, et qui vient d'annoncer qu'il a fini de relier l'Inde au monde à l'aide de la fibre optique. 800 millions de dollars, c'est, en effet, le prix payé par Tata pour relier son pays en fibres optiques avec le reste du monde - le monde bouge, mais c'est en direction des pays émergents.

Nos partenaires