Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

06/06/14 à 10:30 - Mise à jour à 10:30

Les taux d'intérêt négatifs de la BCE, un pétard mouillé?

Pour empêcher que la zone euro ne tombe en déflation, la banque centrale européenne a décidé hier d'utiliser des taux d'intérêt négatifs. C'est une première! Mais quelle est l'idée de cette mesure?

Comme vous le savez, la banque centrale européenne, qu'on appelle la BCE dans le jargon des financiers, se bat comme un beau diable pour que la zone euro ne tombe pas en déflation. La déflation, comme vous le savez, c'est quand les prix ne font plus que baisser, et que cela incite les ménages à reporter sans cesse leurs achats. Car demain les prix seront encore plus bas, et donc, cela crée une spirale négative des prix qui est totalement destructrice d'emplois. Pour empêcher que la zone euro ne tombe en déflation, la banque centrale européenne a décidé hier d'utiliser des taux d'intérêt négatifs. C'est une première!

Jusqu'à présent, lorsque les banques de la zone euro avaient des excédents de liquidités, elles pouvaient les déposer au jour le jour auprès de la banque centrale qui les rémunérait avec un taux d'intérêt. Avec la crise et pour forcer les banques à prêter aux ménages et aux entreprises, la banque centrale a diminué ce taux à 0%, mais cela n'a pas suffi à faire redémarrer le crédit et donc l'activité en Europe. Cette fois-ci, la banque centrale européenne a donc sorti le bazooka et imposé un taux d'intérêt négatif de - 0,10% aux banques qui veulent déposer leurs liquidités dans ses coffres !

En clair, l'idée de cette mesure extraordinaire est de pénaliser les banques qui placent leurs liquidités dans un coffre plutôt que de les prêter aux entreprises et aux ménages. En effet, les banques vont être désormais contraintes de payer pour stocker leur argent auprès de la BCE. Est-ce que ce taux d'intérêt négatif sera suffisant pour que le crédit reparte en zone euro ? À vrai dire, il y a des doutes. Pourquoi ? Parce que les derniers chiffres montrent que les banques de la zone euro ont stocké à peine 36 milliards d'euros auprès de la BCE, contre plus de 800 milliards au début de l'année 2012. Bref, le symbole du taux d'intérêt négatif est fort, mais affectera très peu les banques !

Mais alors, direz-vous, pourquoi le président de la banque centrale européenne a-t-il utilisé cette arme hautement symbolique si elle se révèle être un pétard mouillé ? La réponse est claire même si on le dit trop rarement : le véritable objectif de la banque centrale européenne, c'est de rendre l'euro moins désirable par les investisseurs internationaux, et donc de le faire baisser indirectement. L'euro est en ce moment trop fort et pénalise nos exportations ! L'objectif est visiblement atteint, car l'euro a reculé à son niveau le plus bas depuis 4 mois. La Bourse a en tout cas applaudi les nouvelles mesures. Il ne reste plus qu'à espérer que tout ce cinéma monétaire nous sortira un peu plus vite de cette crise.

Nos partenaires