Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

21/09/11 à 10:40 - Mise à jour à 10:40

Les rumeurs en Bourse continuent de faire des ravages.

La dernière rumeur en date portait sur la firme allemande Siemens. Le Financial Times a indiqué que la firme avait retiré 500 millions d'euros qu'elle avait en compte auprès de la banque française Societé Générale. Une banque qui comme vous le savez a été attaquée durant tout l'été, au point que son cours de Bourse a dégringolé et que l'Elysée a cru bon d'intervenir publiquement en disant qu'en cas d'OPA sur cette banque par une banque étrangère, l'Elysée çàd l'Etat français ne laisserait pas faire l'opération.

Dans l'affaire des 500 millions d'euros, le cours de Bourse de la Société Général a immédiatement perdu 3%, et cela malgré le fait que Siemens a publié de son côté un démenti en forme de "non comment". Ce qui est certain, c'est que Siemens a une agréation spéciale qui lui permet de déposer son argent auprès de la BCE - on parle de 4 à 6 milliards d'euros - et quand on sait que la BCE rémunère très chichement les dépôts qui sont mis chez elle, certains en concluent que Siemens n'a plus confiance dans le secteur bancaire et préfère encaisser un taux d'intérêt minable plutôt que de prendre des risques. Depuis lors, on sait que ce retrait s'est fait avant l'été et que la cause serait un manque de performance et non pas de confiance, mais trop tard le mal était fait !

D'autres observateurs et je pense ici à des lettres d'informations boursières très sérieuses pensent également que c'est l'heure de la méfiance - et notamment si vous avez acheté de l'or physique. Question : où est votre or ? Dans un coffre d'une banque ? Et si c'est le cas, cette lettre d'information préconise tout simplement d'aller en prendre possession et de ne pas le laisser en banque. La raison ? Pas mal de banques européennes auraient eu des difficultés à se financer en dollars, et certaines d'entre-elles étaient ou seraient sur le point de gager de l'or afin de se procurer des dollars. Cet échange or contre dollars a d'ailleurs fait l'objet d'un article publié par le Financial Times le 14 septembre dernier. Encore une fois, il s'agit là d'un conseil - écrit noir sur blanc - dans une lettre boursière et qui même si on y adhère pas, suscite pas mal d'interrogations.

Car n'oubliez pas que jeudi dernier, 5 grandes banques centrales ont calmé les marchés financiers, et donc le matraquage des banques, en promettant une seule chose : que dorénavant, les banques européennes qui ont besoin de dollars et ne savent pas s'en procurer auprès des banques américaines, pourront s'en procurer auprès de ces banques centrales. Ce qui prouve indirectement qu'il y a eu un problème de financement en dollars. Bref, toutes ces informations, qu'elles soient en partie véridiques, en partie exagérées montrent que les investisseurs sont en plein psychose.

Nos partenaires