Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

19/01/10 à 15:22 - Mise à jour à 15:22

Les petites banques ont lancé la guerre des comptes d'épargne

Alors que les grandes banques proposaient jusqu'ici des taux d'épargne fort bas, elles sont obligées, depuis quelques temps, de s'adapter aux taux agressifs des plus petites.

Les petites banques ont lancé la guerre des comptes d'épargne

La guerre des comptes d'épargne a commencé. Tant mieux pour les épargnants belges, qui en cherchant un peu, pourront trouver des comptes d'épargne rémunérés à quasi 5% net. La guerre des taux, elle a commencé avec l'attaque frontale de quelques petites banques qui profitent de la hausse des taux d'intérêts pour tenter de piquer des clients aux grandes banques belges. C'est le cas, par exemple, de la banque islandaise Kaupthing. Un nom imprononçable pour la plupart des Belges, mais les rendements de cette banque sont eux très clairs et très alléchants.

La banque Kaupthing a lancé une campagne où elle propose un produit appelé "4 + 2 + 1". Si un client bloque son épargne pendant un an, il pourra recevoir un taux de base de 4% + 2% de prime d'accroissement pendant 6 mois, et ensuite 1% de prime de fidélité pendant 6 mois. Au total, cela fait un taux net de précompte mobilier de 5%.

La banque Kaupthing ne se contente pas de débaucher les clients des grandes banques à coup de taux alléchants. Elle a aussi demandé au ministre des Finances, Didier Reynders, de revoir à la hausse le plafond légal pour le taux de base des livrets d'épargne. Une démarche qui plait beaucoup aussi à la Deutsche Bank, qui s'était déjà fait une spécialité de débaucher les clients des autres banques. Avec une certaine réussite du reste, à en croire son patron, Yves Delacolette, qui a reconnu avoir vidé l'équivalent de deux banques belges en peu de temps. Tout cela grâce notamment à ses campagnes marketing plutôt agressives. Aujourd'hui, si le patron de la Deutsche Bank est heureux, c'est parce qu'il n'est plus le seul à livrer un combat contre les grandes banques belges et leur conservatisme supposé.

En attendant, les grands banques tentent de réagir pour ne pas voir leurs clients partir. Les unes, comme Fortis, le font via une communication plus adaptée. D'autres, comme ING, profitent de leur savoir-faire acquis aux Etats-Unis avec ING Direct pour lancer ING Lion Deposit, un compte gratuit on-line qui propose 4% de taux d'intérêt.

Tout cela est excellent pour les épargnants. Mais ne vous laissez pas aveugler par le taux facial et n'oubliez pas que si votre livret rapporte 5% net et que l'inflation est de 4% en fin d'année, vous n'aurez gagné que 1% net. Raison de plus pour ne pas rester passif et faire son shopping bancaire.

Nos partenaires