Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

30/08/11 à 11:34 - Mise à jour à 11:34

Les paradoxes de la Bourse

La Bourse aime parfois les paradoxes. Comment par exemple expliquer le fait que si l'or a vu son cours exploser, ce n'est pas le cas des actions minières - voilà bien un paradoxe pas toujours simple à justifier !

Parlons d'abord de l'or, le métal jaune a grimpé de 31% depuis le début de l'année, pour atteindre un record historique de 1912 dollars l'once la semaine dernière. Depuis, il a perdu 200 dollars l'once en deux jours seulement et hier encore il cotait à un peu moins de 1800 dollars. Mais pour pas mal de spécialistes, cette baisse de l'or est momentanée et certains tablent encore sur une hausse, sans doute au-delà des 2000 dollars l'once.

Voilà pour les pronostics, mais en attendant, sur la base des dernières années et des derniers mois, l'or n'a fait que grimper alors que les actions minières ont fait du surplace. Un indice ne trompe pas, c'est l'indice des 16 plus grands producteurs mondiaux qui n'affiche qu'une hausse de 3% depuis le début de l'année !

La première réaction est de se dire que cela n'a aucun sens, d'autant plus que les coûts d'extraction du métal jaune tendent plutôt à se stabiliser autour des 600 dollars l'once. Ce qui est bon pour les marges du secteur minier. Sur la base du cours actuel de l'or, cette marge est de 1300 dollars, ce qui est excellent !

Mais cette marge ne suffit pas à rendre sexy les actions manières. Pourquoi cet ostracisme ? Parce que visiblement même si elles sont liées à l'or, les actions minières ont un défaut majeur aux yeux des investisseurs, ce sont d'abord des actions ! Et donc, elles souffrent comme les autres actions de l'aversion au risque des investisseurs ! Un deuxième élément (épinglé par le journal La Tribune) joue en défaveur des actions minières, ce sont les risques géopolitiques. Des pays miniers comme la Côte d'Ivoire, le Pérou, le Venezuela ou l'Afrique du Sud sont instables sur le plan politique, social ou fiscal. Le Venezuela, pour ne citer qu'un seul exemple, veut nationaliser la production de l'or et cela fait peur aux investisseurs. C'est ce qui explique pourquoi les actions minières n'ont pas aussi bien performé que l'or. Attention : comme toutes ces sociétés minières sont bourrées de cash, elles pourraient s'en servir pour augmenter leurs dividendes ou pour se racheter entre elles et cela pourrait doper leurs cours. Les actions minières pourraient donc révéler des surprises.

Nos partenaires