Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

11/06/13 à 11:13 - Mise à jour à 11:13

Les investisseurs boursiers ont peur de voir les taux d'intérêt remonter

Quelle est la grande peur aujourd'hui des investisseurs boursiers ? C'est la peur de voir les taux d'intérêt remonter ! Car comme vous le savez les taux d'intérêt sont aujourd'hui très bas aux Etats-Unis et en Europe ; c'est une situation volontaire puisque les banques centrales de ces deux continents ont inondé l'économie avec des liquidités avec comme résultat des taux d'intérêt très bas qui permettent aux gouvernements endettés de rembourser leur dette publique avec des taux bas.

Et ce sont ces taux bas qui ont permis aux Bourses de grimper depuis plusieurs mois. Et c'est normal : quand votre livret d'épargne rapporte un rendement négatif si l'on tient compte de l'inflation, quand les seules obligations vraiment sûres, comme le sont les obligations allemandes, ne rapportent pas grand-chose et donnent également un rendement négatif si l'on tient aussi compte de l'inflation, vous n'avez plus le choix ! Si vous voulez donner des couleurs à votre épargne, vous devez aller chercher du rendement du côté des actions.

Les boursiers disent même qu'il s'agit du syndrome TINA, non pas en référence à la chanteuse Tina Turner, mais TINA comme "There Is No Alternative". C'est ce syndrome TINA qui a nourri les bourses pendant des mois. Mais le maintien des taux d'intérêt à un niveau aussi bas ne devrait pas durer longtemps. Pour certains d'ici la fin de l'année ou au début 2014 au plus tard, les taux d'intérêt vont remonter.

Alors que faire si vous pensez que c'est juste ? La solution, c'est qu'il faut privilégier des placements sans risque à court terme, et ceux qui envisagent l'achat d'un bien immobilier doivent bloquer rapidement le taux de leur prêt hypothécaire afin de bénéficier du taux actuel. Pour le reste si cette hausse des taux se fait progressivement, alors il n'y a pas de danger pour le marché des actions. En revanche, certains spécialistes pensent que cette hausse sera moins sympathique pour les obligations, autant le savoir et prendre ses précautions.

Nos partenaires