Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

14/01/14 à 11:06 - Mise à jour à 11:06

Les indépendants vieillissent

Les indépendants ont les cheveux de plus en plus gris - c'est le constat établi par la ministre des PME, Sabine Laruelle et par le SNI, le syndicat neutre pour indépendants - s'ils ont les cheveux plus gris, c'est pas nécessairement en raison de la crise qui perdure depuis plus de 5 ans, ou parce que le fisc les harcèle plus aujourd'hui qu'hier, mais parce que le nombre d'indépendants ayant plus de 60 ans a grimpé en flèche de 47% en 10 ans !

Aujourd'hui, les indépendants de plus de 60 ans sont au nombre de 150.000 ! Ne me demandez pas pourquoi : il est difficile d'épingler ou de faire ressortir une explication plus qu'une autre pour justifier ce phénomène - disons que la première explication qui vient immédiatement à l'esprit et qui a été aussi épinglée par le journal Le Soir) c'est la faiblesse du montant de la pension des indépendants, le montant n'est pas suffisant pour en vivre, ce qui pousserait pas mal d'indépendants à rester en activité - en comparaison, la pension moyenne d'un indépendant est de 787 euros, contre 2.262 euros pour un fonctionnaire ou de 1.220 euros pour un salarié du privé - mais ce n'est pas la seule explication pour justifier le grisonnement de la population des indépendants, d'autant que le montant de leur pension a été augmenté ces derniers temps sous l'impulsion de la ministre Sabine Laruelle.

L'autre raison qui joue son rôle, c'est la difficulté éprouvée par certains indépendants à vendre leur fonds de commerce - et cela faute d'acheteurs intéressés - avec le risque que des métiers difficiles comme tailleurs ou cordonniers finissent par disparaître selon Le Soir - mais d'autres raisons plus positives peuvent également influencer ce grisonnement des indépendants - c'est l'explication donnée par l'UCM, l'union des classes moyennes - selon cette organisation, les indépendants plus âgés exercent bien souvent des professions moins pénibles que d'autres, et il n'est pas rare que les titulaires de ces professions, souvent des professions libérales, restent en activité au-delà même des 65 ans - et puis, la dernière raison, la plus positive, celle qu'on gardera à l'esprit en ce début d'année, période des bonnes résolutions, c'est que s'ils restent encore indépendants malgré leur âge avancé, c'est aussi parce que ces indépendants sont et restent passionnés par leur métier - et avec l'espérance de vie qui augmente sans cesse pourquoi leur en faire grief ? Aujourd'hui, la vie commence parfois à 60 ans, autant s'y habituer - moi-même, dans mon domaine des médias, j'admire des personnes comme Michel Drucker ou Philippe Bouvard qui a plus de 80 ans est encore vert - et à vrai dire, je n'aspire qu'à faire comme eux - çàd travailler le plus tard possible.

Nos partenaires