Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

13/11/12 à 10:26 - Mise à jour à 10:26

Les firmes américaines dans le collimateur du fisc britannique

En Europe, la fiscalité des compagnies américaines est sous le feu des projecteurs. Il faut dire que des firmes comme Google, Amazon ou Starbucks ne paient quasi pas d'impôt sur le territoire européen.

Donc, après avoir été dans le collimateur du fisc français ou allemand, ces firmes américaines sont aujourd'hui dans le collimateur du fisc britannique. Google, Amazon et Starbucks ont été accusés par les autorités britanniques de soustraire à l'impôt la majeure partie de leurs bénéfices réalisés au Royaume-Uni.

Comme le faisait remarquer le journal La Tribune, pendant son audition par les députés britanniques, le directeur financier de Starbucks a dû expliquer comment sa compagnie avait déclaré pendant treize années consécutives des pertes au fisc britannique. Starbucks n'a en effet payé que 8,6 millions de livres d'impôts depuis 1998 alors qu'elle a réalisé un chiffre d'affaires de trois milliards de dollars pendant la même période". Et donc, un député britannique s'est moqué de ce directeur financier en lui disant: "Soit vous gérez mal l'entreprise, soit il y a un truc".

Les députés britanniques se sont ensuite concentrés sur Amazon et Google. Le moteur de recherche Google déclare par exemple des pertes en Grande-Bretagne, alors que Google affiche une marge bénéficiaire de 33% et un chiffre d'affaires de 4 milliards de dollars rien que pour la Grande-Bretagne ! Cherchez donc l'erreur, elle est simple, elle a déjà été dénoncée par Didier Lombard, l'ancien patron de France Telecom : des groupes comme Apple, Google ou Amazon sont présents en Europe mais leur valeur ajoutée économique est faible, car ils siphonnent massivement les flux d'argent des clients européens en direction des Etats-Unis, le plus souvent en passant par des montages fiscaux en Irlande. Donc, non seulement, ces groupes américains ne paient pas d'impôt en Europe, créent peu d'emplois en Europe mais en plus ils empêchent des concurrents européens d'éclore ou d'émerger. N'oubliez pas qu'être allié avec les Etats-Unis sur le plan des valeurs, n'empêche pas aussi de se faire la guerre économique.

Nos partenaires