Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

08/02/12 à 09:59 - Mise à jour à 09:59

Les effets immobiliers de la taxe sur les titres au porteur

Deux tiers des coffres-forts seraient vides chez BNP Paribas Fortis, Fintro et ING. Ce phénomène fait réfléchir les banques en termes de gestion de leur parc immobilier...

Plus de 30.000 coffres-forts bancaires se sont vidées en Belgique à la fin de l'année 2011. Non par la magie du Saint Esprit, mais parce que le gouvernement de crise a mis en place une mesure qui a incité les Belges à vider leur coffre plus tôt que prévu. En l'occurrence, une taxe applicable depuis le 1er janvier 2012, de 1 % sur la valeur des titres papiers, autrement dit des actions, obligations ou bons de caisse que les Belges possèdent ou possédaient encore avant les fêtes de fin d'année.

Dans un souci de transparence, les fameux titres au porteur, titres anonymes donc, n'auront plus cours en Belgique pour la fin de 2013. Afin de forcer les épargnants à mettre fin à cet anonymat, le gouvernement de crise a donc imposé une taxe de 1 % sur la valeur de ces titres au porteur pour 2012, taxe qui passera à 2 % pour 2013.

Résultat des courses : les épargnants belges se sont rués fin 2011 pour transformer leurs titres anonymes en titres nominatifs ou en comptes-titres. Tant qu'à faire, beaucoup d'épargnants en ont profité, selon les dires du journal L'Echo, pour faire le ménage dans leurs coffres-forts et mettre fin à leur contrat de location.

Toujours selon la même source, il semblerait que deux tiers des coffres-forts soient vides chez BNP Paribas Fortis, Fintro et ING. Ce phénomène, qui date déjà de l'année 2008 - date à laquelle la suppression des titres au porteur a été mise en place - fait réfléchir les banques en termes de gestion de leur parc immobilier.

Sachant que les agences bancaires sont souvent placées dans des artères commerciales très chères et que le mètre carré n'est pas gratuit, l'idée générale est à qu'à l'avenir, toutes les agences ne disposeront plus d'une salle des coffres, et surtout pas les agences qui seront situées à une distance raisonnable d'une autre agence disposant de coffres disponibles. C'est en tout cas ce que déclare une banque comme KBC.

Reste à savoir si, avec la disparition des titres au porteur, il est encore opportun d'avoir un coffre dans une banque. Si vous avez des bijoux, de l'or, des actes de propriété, des contrats de mariage ou actes notariés portant sur un don manuel, le coffre bancaire reste sans doute attrayant. A vous de voir...

Nos partenaires