Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

12/08/14 à 11:00 - Mise à jour à 11:00

Les constructeurs rappellent toujours plus de voitures

Vous l'avez sans doute remarqué comme moi, mais les rappels de voiture sont de plus en plus nombreux. En Europe, au Japon mais également aux Etats-Unis, on a même dépassé des records au pays de l'Oncle Sam. Un constructeur comme General Motors a rappelé environ 30 millions de voitures depuis le début de l'année : 30 millions, c'est énorme !

Pour vous donner une idée, c'est plus de 3 fois le montant des ventes de GM aux USA et c'est l'équivalent du parc de voitures d'un pays comme la France. C'est donc vraiment énorme !

Et tous ces rappels, de plus en plus nombreux, n'affligent pas seulement GM, mais aussi des firmes comme Toyota, Honda, Ford et BMW pour ne citer que les plus concernées. Ce qui est frappant dans ces rappels de voitures, c'est qu'à chaque fois, ils portent sur un nombre de voitures de plus en plus élevé. La question évidemment, c'est pourquoi ?
Pour les experts, interrogés par Le Figaro et qui suivent de près ce secteur, tout cela n'est finalement que la conséquence de la stratégie des constructeurs automobile : ils ont voulu réduire leurs coûts en standardisant les plates-formes qui utilisent des composants identiques pour différents modèles. Il est clair que, quand il y a un souci, le nombre de véhicules concernés est automatiquement plus élevé !

Les constructeurs restent discrets sur le coût de ces rappels, d'abord, parce qu'il est en partie déjà intégré sous forme de provision dans leurs comptes. Et ensuite, tout en étant discrets sur l'aspect financier, les constructeurs auto ont compris que l'époque est à la transparence. Ils ne veulent pas vivre ce qu'a vécu Toyota qui, en 2009, face à une défaillance technique, ayant entrainé des accidents mortels, a d'abord nié le problème. Au final, Toyota a quand même payé 4 milliards de dollars aux familles des victimes, et 1,2 milliard sous forme d'amende pour dissimulation selon le Figaro.

Au fond, ces rappels ne sont pas non plus totalement négatifs comme l'indique Le Figaro. En effet, ils forcent les clients à repasser chez les concessionnaires qui en profitent pour leur faire découvrir les nouveaux modèles. Et puis, les clients apprécient le fait que le constructeur assure le suivi de leur véhicule de manière très professionnelle. Bien entendu, encore faut-il que ces rappels ne soient pas trop nombreux dans le temps, car l'image même de la marque risque alors de se détériorer... La preuve, aux Etats-Unis, des clients de GM ont pris un avocat pour attaquer le constructeur car en procédant à des rappels, ce constructeur a, selon eux, détérioré en quelque sorte la valeur de revente de leur véhicule. Bien entendu, c'est typiquement américain comme démarche, mais généralement, les bonnes et mauvaises habitudes américaines finissent toujours par arriver sur notre vieux continent. Les constructeurs européens le savent et devront j'imagine intégrer ce nouveau risque juridique.

Nos partenaires