Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

19/06/14 à 14:05 - Mise à jour à 14:05

Les Bruxellois devront s'adapter: place à KBC Brussels!

Les Bruxellois habitués au logo de la banque CBC devront en 2015 s'adapter : le logo CBC fera alors place au logo KBC Brussels. Cette nouvelle enseigne regroupera les réseaux actuels des 40 agences KBC et 10 agences CBC, déjà présentes dans la capitale. Quant à la marque CBC (pôle francophone du groupe KBC), elle continuera d'exister mais uniquement en Wallonie.

A priori, le choix fait par KBC d'opérer sous une marque unique à Bruxelles pourrait surprendre. Il apparaît pourtant logique aux yeux des spécialistes, malgré le nom à consonance flamande et l'image très ancrée en Flandre de la KBC. En effet, Bruxelles est un marché intéressant mais complexe. La raison ? Plusieurs couches de population, différentes les unes des autres, s'y superposent : familles immigrées, fonctionnaires européens, riches exilés fiscaux, navetteurs flamands et francophones, etc.

Dans cet environnement hétérogène, mieux vaut piloter une seule marque qui parle à tous les Bruxellois plutôt que deux enseignes qui parlent à moins de monde. Mes confrères de La Libre ont fait allusion au fait que KBC est également confrontée à une rentabilité insuffisante dans la capitale. Pour être présente malgré tout, sur ce marché crucial et à large majorité francophone, la direction de la banque a donc préféré rationaliser sa démarche marketing en s'adressant aux Bruxellois sous une seule enseigne.

Et donc, comme je l'indiquais, la marque CBC sera ainsi entièrement dédiée à la Wallonie. Avec des investissements importants en perspective puisque CBC ouvrira, début 2015, 8 nouvelles agences bancaires avec 104 engagements à la clé. Là encore, certains peuvent s'étonner de ce choix dans la mesure où CBC est plus une banque haut de gamme qu'une banque de proximité. Mais comme le faisait remarquer nos confrères de la Libre : "C'est sans doute aussi une façon de faire comprendre que le sud du pays n'est pas délaissé alors que Bruxelles se retrouve sous la bannière KBC".

Nos partenaires