Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

10/12/12 à 09:49 - Mise à jour à 09:49

Les bons d'Etat, un vrai "flop"

C'est ce qu'on appelle un "flop" et c'est ce qui démontre que la fin de l'année 2012 ne ressemble pas à l'année 2011. Aujourd'hui, les bons d'Etat proposés par le gouvernement ont à peine récolté 14,4 millions d'euros, c'est le plus faible montant jamais enregistré par l'agence gouvernementale qui gère notre dette publique.

Et si les Belges ont boudé les bons d'Etat, c'est parce que les taux d'intérêt offerts par ces bons ressemblaient plus à de l'aumône qu'à un véritable rendement. Comment voulez-vous enthousiasmer un épargnant belge en lui donnant un taux annuel de 1% pour un bon d'Etat à 5 ans ? Personne n'a envie d'être scotché avec un taux aussi ridicule pendant 5 ans !

Mais direz-vous, l'an dernier, les bons d'Etat ont eu un succès immense ! C'est vrai, mais c'est parce qu'à l'époque, la Belgique était mal notée par les marchés financiers. Souvenez-vous, nous n'avions pas de gouvernement pendant plus de 500 jours. Le résultat: les taux d'intérêt pour les bons d'Etat affichaient un taux d'intérêt de 4% pour un bon à 5 ans et 4,20% pour celui à 8 ans !

Et en plus, à l'époque, ces bons d'Etat ont pu bénéficier de la publicité gratuite du premier Ministre Yves Leterme. Le résultat ne s'est pas fait attendre : le gouvernement a pu ainsi récolter un montant record de 5,7 milliards d'euros en une semaine à peine ! 270.000 Belges se sont en effet rués sur ces bons !

Et donc, aujourd'hui, un an après, ce n'est pas 5,7 milliards d'euros que le gouvernement récolte mais à peine 14,4 millions d'euros. Mais ne vous inquiétez pas, notre gouvernement ne vit pas des bons d'Etat mais des obligations qu'il vend le plus souvent à des institutions financières. Et là, pas de souci à avoir, notre pays avait déjà atteint ses objectifs de financement au mois de septembre dernier, les fonctionnaires et les pensionnés ne doivent pas avoir peur : l'argent est dans les caisses de l'Etat et ils seront payés sans retard.

Nos partenaires